NOUVELLES

Le représentant du numéro un iranien à Damas pour rencontrer Assad (TV)

07/08/2012 03:51 EDT | Actualisé 06/10/2012 05:12 EDT

Le représentant du guide suprême iranien l'ayatollah Ali Khamenei, Saïd Jalili, est arrivé mardi matin à Damas où il doit rencontrer le président Bachar al-Assad, a rapporté le site de la télévision d'Etat iranienne.

M. Jalili "doit rencontrer dans l'heure qui vient le président Assad et d'autres hauts responsables syriens", selon la télévision. Il tiendra une conférence de presse ensuite, a-t-elle ajouté.

L'Iran est le principal allié régional de la Syrie et accuse les Etats-Unis, l'Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie de soutenir militairement les rebelles syriens pour faire tomber le régime Assad, confronté à une insurrection armée.

Les rebelles syriens et les Etats-Unis accusent pour leur part l'Iran de soutenir militairement le régime syrien.

M. Jalili, également secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, est arrivé à Damas depuis Beyrouth, où il était en visite officielle.

A Beyrouth, il a réaffirmé qu'une solution du conflit en Syrie "doit être trouvée selon les règles démocratiques et non en envoyant des armes et en versant le sang".

Les Etats "qui croient pouvoir obtenir la sécurité en alimentant l'insécurité dans les pays de la région à travers l'envoi d'armes et l'exportation du terrorisme, se trompent", a-t-il ajouté.

"Les amis de la Syrie doivent aider à arrêter totalement la violence, organiser un dialogue national et des élections générales dans ce pays et envoyer de l'aide humanitaire pour soulager la population", selon M. Jalili.

De son côté, le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, se rendra brièvement en Turquie mardi en fin de journée pour évoquer le sort de 48 Iraniens enlevés samedi en Syrie et dont le rapt a été revendiqué par la rébellion syrienne.

"Dans la mesure où l'Armée syrienne libre qui prétend avoir enlevé les pèlerins iraniens est soutenue par la Turquie, la visite du ministre vise à rappeler au gouvernement turc ses responsabilités dans cette affaire", selon un communiqué du ministère iranien des Affaires étrangères.

sgh/tp

PLUS:afp