NOUVELLES

La cycliste canadienne Tara Whitten a terminé quatrième de l'omnium

07/08/2012 09:24 EDT | Actualisé 07/10/2012 05:12 EDT

LONDRES - Contrairement à la plupart des athlètes aux Jeux olympiques, la cycliste canadienne Tara Whitten rentrera chez elle avec une médaille. Mais le bronze qu'elle a récolté au cours du week-end, lors de la poursuite par équipes, a été humecté des larmes qu'elle a versées après avoir terminé au quatrième rang de l'omnium, mardi.

Whitten était à égalité au troisième rang avec l'Australienne Annette Edmonson après la poursuite individuelle, mais cette dernière a remporté la course scratch de 10 kilomètres, reléguant alors l'Albertaine de 32 ans au quatrième rang.

Et lors de la sixième et dernière étape, un contre-la-montre sur une distance de 500 mètres, Whitten a dû se contenter de la dixième position, avec un temps de 36,509, soit plus d'une seconde derrière la Britannique Laura Trott, médaillée d'or de l'épreuve. L'Américaine Sarah Hammer a accédé à la deuxième marche du podium.

Whitten, championne du monde de la discipline en 2010 et en 2011, est sortie de la piste et a cherché le réconfort auprès de l'entraîneuse Tanya Dubnicoff, sur l'aire intérieure du vélodrome olympique. Elle s'est appuyée sur Dubnicoff, sa tête penchée qu'elle a éventuellement relevée avant d'essuyer ses yeux.

D'autres sanglots ont coulé sur ses joues au moment où elle a dû rencontrer les représentants des médias dans les corridors de l'amphithéâtre.

Des années de dévouement à son sport, durant lesquelles elle a mis tout le reste sur la glace, sans réaliser son objectif aux Jeux olympiques semblaient l'avoir complètement anéantie.

Au travers ses larmes, Whitten tentait de mettre le tout en perspective.

«Je n'ai aucun regret», a affirmé Whitten, qui a dû s'arrêter en plusieurs occasions pour conserver sa prestance.

«J'ai adoré cette aventure. Et j'ai connu des succès, des déceptions et un peu de tout. Après tout, ça fait partie du sport.

«Et j'adore le principe de devoir faire de mon mieux. Ce fut une expérience incroyable. Et je n'échangerai tout ça pour rien au monde.»

Whitten tentait de sourire, mais affichait un air misérable en asséchant ses larmes avec une serviette. Un officiel de la délégation canadienne frottait ses épaules en guise de soutien.

«Nous voulons tellement réussir pour le Canada», a-t-elle ajouté, avant de s'effondrer de nouveau.

Il n'y a pas de doute: faire ressortir le côté positif de cette journée prendra un peu de temps.

«J'ai tout donné ce que j'avais aujourd'hui, et ce n'était tout simplement pas suffisant.

«C'est très décevant, a-t-elle renchéri, en prenant bien son temps entre ses mots. À la veille de cette épreuve, mon objectif était de n'avoir aucun regret quant à ma préparation, et même si les choses n'ont pas tourné comme je l'aurais souhaité, j'ai le sentiment que je ne pouvais être mieux préparée. J'étais emballée à l'idée de concourir, et j'étais prête. Ma préparation s'était bien déroulée, sans ennuis. J'étais dans la meilleure condition physique de ma carrière. Je ne peux donc en demander davantage.»

Chez les hommes, Chris Hoy, qui tentait de défendre son titre au keirin et d'ajouter à sa récolte sans précédent de six médailles d'or pour un Britannique, a remporté l'or. L'athlète de 36 ans avait déjà gagné une médaille d'or dans le sprint par équipes à ces jeux.

L'Ontarien Joseph Veloce, âgé de 23 ans, à ses premiers Jeux olympiques, a été éliminé après avoir terminé quatrième au repêchage.

PLUS:pc