NOUVELLES

J0-2012 - Mi-journée: Liu effondré, Bolt en "marchant"

07/08/2012 09:11 EDT | Actualisé 07/10/2012 05:12 EDT

En se blessant, le Chinois Liu Xiang, champion olympique 2004 du 110 m haies, a volé bien malgré lui la vedette au Jamaïquain Usain Bolt, de retour mardi pour les séries du 200 m, lors de la 5e matinée d'athlétisme des jeux Olympiques de Londres.

Un des grands favoris de l'épreuve et héros national en Chine, Liu a accroché la première haie. Le pronostic est sombre: rupture du talon d'achille droit, déjà opéré fin 2008 aux Etats-Unis.

Incapable de défendre ses chances sur blessure aux JO de Pékin, devant son public en 2008, Liu a donc vécu un nouveau cauchemar.

Et ses déboires n'ont pas laissé indifférent Usain Bolt, la star mondiale de l'athlétisme. "C'est dur pour lui (...) Se battre comme il l'a fait l'an dernier et revenir à ce niveau, avant que cela ne finisse comme cela, c'est vraiment triste", a regretté le quadruple champion olympique.

Après sa fastueuse finale du 100 m, dimanche, Bolt a retrouvé la piste en "marchant" en série du 200 m, en 20 sec 39/100e néanmoins.

"Facile. Le 200 m est ma course favorite et je suis impatient de la courir. Je suis plein d'énergie, car je n'ai pas fait spécialement la fête après ma victoire sur 100 m. Je me suis reposé en parlant avec des amis", a insisté Bolt.

Une manière de signifier qu'il ne concèdera rien à Yohan Blake, son compatriote et dauphin du 100 m, qualifié pour les demi-finales du 200 m en 20:38.

Eliminé en qualifications du triple saut, le Britannique Phillips Idowu est l'autre grand perdant du début de journée. Le vice-champion olympique de Pékin, dont le portrait géant orne plusieurs bâtiments londoniens, s'est arrêté à un modeste 16,53 m, quand son record personnel est de 17,81 m.

L'athlète d'origine nigériane n'a même trouvé l'excuse d'une blessure, souvent évoquée ces dernières semaines. "Mon physio avait fait du bon boulot. Je pense seulement que le manque de compétition m'a fait perdre le rythme", a remarqué Idowu.

asc/jr

PLUS:afp