NOUVELLES

J0-2012 - Athlétisme/5e journée: Pearson tout à son bonheur

07/08/2012 05:52 EDT | Actualisé 07/10/2012 05:12 EDT

L'Australienne Sally Pearson a scellé sa domination sur le 100 m haies mardi soir aux jeux Olympiques de Londres, tandis que les victoires du Russe Ivan Ukhov en hauteur et de l'Algérien Taoufik Makhloufi sur 1500 m se sont inscrites sous le sceau de la tradition.

La matinée avait déjà offert son lot d'émotions fortes, quand le Chinois Liu Xiang, champion olympique 2004 du 110 m haies, avait abandonné sur chute.

La gloire de Shanghai avait ainsi volé, bien malgré lui, la vedette au Jamaïquain Usain Bolt, à nouveau en piste pour les séries du 200 m, deux jours après son triomphe en mondovision sur 100 m.

Pearson s'est imposée en 12 sec 35/100 (v-0,2 m/s), chrono remarquable au bout d'un lutte en ligne avec l'Américaine Dawn Harper, trois couloirs plus loin, qui l'avait devancée pour la victoire aux Jeux-2008 à Pékin.

Harper a eu beau améliorer son record personnel (12.37), cela n'a pas suffi.

"J'ai tellement travaillé dur. Alors, voir mon nom s'afficher sur l'écran géant, je ne pouvais y croire", s'est exclamée l'"Aussie" qui passe les haies hautes à la cadence de mitraillette.

Ukhov a succédé sur l'Olympe à son compatriote Andrey Silnov en franchissant 2,38 m. Il est aussi dans l'extravagance, souvent la marque des sauteurs de renom du côté de Moscou, du temps déjà où Valery Brummel avait porté le ventral au rang d'un art dans les années 60.

Le Russe, qui avait ôté son maillot entre deux essais, ne l'a pas retrouvé au moment de sauter. Il a récupéré en hâte celui de Silnov, qui avait calé à la mesure de 2,29 m. "Je remercie les juges de m'avoir accordé un peu de temps supplémentaire pour trouver un nouveau maillot. J'avais mis le mien sur mon sac et il a disparu. Ca arrive", a expliqué le roi du gag.

En 2008, Ukhov avait défrayé la chronique en se présentant en état d'ébriété lors de la réunion de Lausanne (Suisse).

Makhloufi est, lui, un miraculé. Il aurait dû être absent de la finale. Lundi, il avait été exclu des Jeux par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), pour manque de combativité, après avoir rapidement abandonné dans sa série du 800 m. Il avait trouvé ce seul moyen, pas très sportif, pour ne pas avoir à courir deux lièvres à la fois mardi.

A 24 ans, Makhloufi, qui s'était pleinement révélé cette saison, a redonné du lustre au demi-fond de son pays, dont Nourredine Morceli, champion olympique en 1996 à Atlanta, a été le plus beau fleuron. Le 1500 m a confirmé les problèmes du Kenya, dont les deux représentants ont été transparents.

Mais le "train rouge et noir" peut compter sur le splendide David Rudisha, qui a mené de bout en bout sa demi-finale du 800 m pour éviter l'incident. Si le ciel ne lui tombe pas sur la tête jeudi, la victoire est promise au Masai.

Le succès au disque de Robert Harting, champion du monde 2009 et 2011, a relevé de la logique et de la culture pour les lancers en Allemagne. "Le disque pesait vraiment lourd à la fin et je suis heureux que cela se soit terminé en ma faveur", a déclaré le Berlinois.

Les demi-finales du 200 m dames ont lancé la finale Etats-Unis-Jamaïque qui s'annonce grandiose, avec la Jamaïquaine Veronica Campbell-Brown en quête d'un 3e titre consécutif inédit pour une athlète.

Mais c'est bien l'Américaine Allyson Felix, par deux fois dauphine de Campbell-Brown, qui se présente en favorite mercredi.

asc/jr

PLUS:afp