NOUVELLES

Gaza, de "plus en plus coupée" du reste des territoires palestiniens (Fayyad)

07/08/2012 12:29 EDT | Actualisé 07/10/2012 05:12 EDT

La bande de Gaza, contrôlée par les islamistes du Hamas, est de plus en plus coupée du reste des territoires palestiniens, a averti le Premier ministre palestinien Salam Fayyad, dont le gouvernement exerce le contrôle sur la Cisjordanie.

"Avec chaque jour qui passe sans mesures pratiques en vue de la réconciliation (entre le Hamas et le Fatah du président Mahmoud Abbas), Gaza commence à devenir une entité distincte", a affirmé lundi soir aux journalistes M. Fayyad.

"Il ne s'agit pas d'un territoire souverain, mais uniquement d'une entité distincte", a-t-il insisté, ajoutant qu'"il n'y a pas d'Etat palestinien sans la bande de Gaza".

Selon lui, la création d'un Etat palestinien "répond aux intérêts d'Israël" en raison de projections démographiques selon lesquelles les juifs deviendraient minoritaires en 2020 dans la Palestine historique.

Aux yeux des Palestiniens, la Palestine historique s'étend depuis la Méditerranée jusqu'au Jourdain, une région que les colons juifs revendiquent sous l'appellation d'"Eretz Israël" (aux frontières bibliques).

Selon les statistiques officielles, il y a actuellement en Israël et dans les Territoires occupés 5,9 millions de Juifs, pour 1,6 million d'Arabes israéliens, 2,6 millions de Palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, ainsi qu'1,6 million de Palestiniens dans la bande de Gaza.

M. Fayyad a fait valoir qu'en se coupant de plus en plus du reste des territoires palestiniens, la bande de Gaza réduit du même coup la pression démographique exercée sur Israël, et compromet la solution de deux Etats, Israël et la Palestine.

En vertu d'un accord de réconciliation signé au Caire en mai 2011, le Hamas et le parti Fatah du président Mahmoud Abbas, rivaux depuis des années, sont convenus qu'un cabinet de technocrates devait gérer les affaires courantes jusqu'à la tenue d'élections présidentielles et législatives. Mais aucune avancée concrète n'a encore été enregistrée.

Le 16 mai, un nouveau gouvernement dirigé par M. Fayyad a été formé en Cisjordanie, avec l'organisation dans l'année d'élections présidentielles et législatives comme priorité affichée.

bur-chw/vl

PLUS:afp