NOUVELLES

Diplomate vénézuélien inculpé au Kenya: silence persistant de Caracas

07/08/2012 02:27 EDT | Actualisé 07/10/2012 05:12 EDT

Le gouvernement vénézuélien ne s'était toujours pas prononcé mardi sur l'inculpation la veille d'un diplomate vénézuélien accusé du meurtre fin juillet de la chargée d'affaires du Venezuela au Kenya, Olga Fonseca.

"Seul le président (Hugo Chavez) peut se prononcer, je n'ai aucune information à ce sujet", s'est contenté de déclarer mardi à l'AFP un porte-parole du ministère vénézuélien des Affaires étrangères.

L'accusé, Dwight Sagaray, premier secrétaire à l'ambassade du Venezuela, avait été arrêté le 28 juillet, au lendemain de la découverte du corps sans vie de la chargée d'affaires. Selon des sources kényanes non confirmées côté vénézuélien, l'immunité diplomatique du suspect lui avait été retirée avant son arrestation.

M. Sagaray a plaidé "non coupable" devant le tribunal de Nairobi devant lequel il comparaissait lundi.

Une deuxième personne, du nom de Mohammed Ahmed, aujourd'hui en fuite, a lui aussi été inculpée de meurtre dans cette affaire.

Ni l'accusation, ni la police, n'ont donné de détails sur l'identité de M. Ahmed et sur ses liens avec M. Sagaray. Pas plus qu'elles n'ont donné de détails sur deux gardiens inculpés, eux, pour négligence et non-assistance à personne en danger.

Agée de 57 ans, Mme Fonseca avait été retrouvée étranglée à son domicile de la résidence de l'ambassade. Elle était arrivée en poste au Kenya quelques jours plus tôt.

Elle avait été nommée le 25 juin en remplacement de Gerardo Carrillo Silva, rappelé fin mai par son ministère de tutelle, selon les déclarations de ce dernier publiées ce week-end par le quotidien vénézuélien Ultimas Noticias.

Le 1er août, le président vénézuélien avait assuré que son gouvernement collaborerait avec les autorités kényanes dans le cadre de l'enquête.

val/app/ag/sba

PLUS:afp