Le film Camion, quatrième long-métrage de fiction du réalisateur Rafaël Ouellet, prendra l'affiche au Québec le 17 août prochain. Il s'est déjà démarqué en remportant le prix de la meilleure réalisation et celui du jury œcuménique au 47e Festival international du film de Karlovy Vary, en République Tchèque, au début du mois de juillet.

Tournée à l'automne 2011, l'œuvre met en scène Germain (Julien Poulin), un camionneur qui voit son univers s'écrouler lorsqu'il se retrouve impliqué dans un accident de la route duquel découlera la mort d'une femme. Rongé par la culpabilité, l'homme s'enfoncera peu à peu dans un état dépressif, ce qui inquiètera vivement son fils Samuel (Patrice Dubois). Déterminé à redonner à son père le goût de vivre et l'envie de reprendre le volant, ce dernier partira à la recherche de son frère Alain (Stéphane Breton), au Nouveau-Brunswick, afin que celui-ci vienne lui prêter main forte. De ces retrouvailles familiales jailliront une lueur d'espoir que les trois principaux protagonistes n'auraient pu trouver autrement.

« Avec ce film, j'avais vraiment envie d'une conversation entre la génération de mon père et la mienne, a raconté Rafaël Ouellet, 38 ans, lors d'un blitz d'entrevues dans un café montréalais, lundi. Ça parle des hommes qui ont travaillé physiquement toute leur vie, qui n'ont pas vu leurs enfants grandir et qui, aujourd'hui, vivent avec une certaine culpabilité. Mais nous, les enfants de cette génération, on n'a pas envie de le leur remettre sur le nez ou de les critiquer, parce qu'on comprend très bien l'essentiel. »

À l'origine, Camion ne devait être qu'un court-métrage documentaire librement inspiré de la vie du père de Rafaël Ouellet, un camionneur de profession. Or, en cours d'écriture, le cinéaste a ajouté divers éléments inventés à son récit, ce qui a apporté à ce dernier une toute autre dimension.

« C'est certain qu'il y a des éléments autobiographiques, mais pas tant que ça, a noté le créateur. Ce n'est plus mon père, ce n'est plus mon frère, ce n'est plus moi. C'est plutôt un mélange de nous, de beaux-pères que j'ai pu avoir, de professeurs que j'ai pu croiser... Ce n'est pas moi versus mon père. Par contre, je voulais présenter un camionneur comme mon père, bien élevé et respectueux. Je trouve qu'on dépeint souvent les camionneurs d'une façon presque vulgaire. Je voulais une bonne personne, avec une force tranquille, qui n'a pas toujours eu la chance d'exprimer et de toucher ce qu'il aurait voulu. »

camionfilm
Stéphane Breton, la productrice Stéphanie Morissette, Rafaël Ouellet et Julien Poulin

Réaliste, Rafaël Ouellet n'hésite pas à clamer que ses précédents efforts, parmi lesquels New Denmark (2009), Derrière moi (2008) et Le cèdre penché (2007) ont été « mal distribués ou pas distribués du tout ». Avec Camion, celui qui arbore fièrement le carré rouge espère obtenir un succès d'estime mais, surtout, parvenir à toucher le cœur des gens.

« Je veux que ce film dure à l'écran, a-t-il expliqué. Je ne souhaite pas qu'il génère des millions de dollars; je veux qu'il dure, un peu comme l'ont fait Le vendeur et Nuit #1, qui ont été à l'affiche une trentaine de semaines, l'an dernier. C'est merveilleux qu'un film dure ainsi et qu'il continue de toucher des gens à chaque jour. »

Famille et paternité

Incarnant respectivement Alain et Germain dans Camion, Stéphane Breton et Julien Poulin ont affirmé avoir été interpellés par l'esprit de clan qui se dégage de l'opus.

« Mon personnage est un loup rebelle, très spontané, a détaillé Stéphane Breton. Il parle beaucoup pour cacher son émotivité. Il a une sensibilité qu'il ne veut pas montrer. Il est parti de chez lui il y a une dizaine d'années, et son frère va revenir le chercher. Par la bande, il va motiver son frère et son père à bouger, à se prendre en main, et tout ça le confrontera à lui-même. »

L'acteur dit avoir été séduit par le portrait de famille masculin dépeint par Rafaël Ouellet.

« La réunion de ces trois hommes-là, qui ont perdu leur femme, leur mère, qui se sont arrangés comme ils le pouvaient et qui se réunissent parce qu'il se passe quelque chose dans leur vie, je trouve ça très beau. Ils vont aller à la chasse ensemble. Rafaël cerne bien le propos des relations entre hommes. »

« Le film est construit autour de l'idée de la paternité et des relations père-fils, a de son côté renchéri Julien Poulin. Dans ce cas spécifique, le père est camionneur. Et cette carrière n'est pas tellement évidente pour élever une famille, parce qu'on est souvent absent. La qualité de la relation souffre, à cause des absences. C'est très complexe. »

Camion met également en vedette Maude Giguère, Jacob Tierney, Noémie Godin-Vigneau et Cindy Samson et est produit par Stéphanie Morissette.