NOUVELLES

Bombardements et accrochages entre l'armée régulière et les rebelles à Alep

07/08/2012 02:30 EDT | Actualisé 06/10/2012 05:12 EDT

Le centre de la métropole du nord de la Syrie, Alep, était le théâtre mardi matin de violents accrochages entre les rebelles et l'armée qui bombardait l'est de la ville, enjeu crucial du conflit, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Ces violences surviennent au lendemain d'une journée sanglante au cours de laquelle 226 personnes ont été tuées à travers le pays, parmi lesquelles 147 civils, 57 membres des forces de sécurité et 22 rebelles.

Mardi, des accrochages se déroulaient dans le centre d'Alep, dans les quartiers d'Antakia, Aziziya, Bab Jénine, Sabah Bahrat, et près du palais de justice à l'ouest, a précisé l'OSDH, qui se base sur un réseau de militants et de témoins.

L'armée pilonnait par ailleurs les quartiers de Chaar, Sakhour et Qatarji, à l'est.

Les militants de l'opposition ont indiqué que l'armée utilisait aussi des hélicoptères et bombardait le quartier de Hanano (est).

Lundi, 46 personnes avaient trouvé la mort à Alep, dont quatre rebelles.

L'armée a achevé dimanche l'envoi d'importants renforts à Alep, théâtre d'affrontements depuis le 20 juillet, et est désormais prête pour la bataille "décisive", selon une source de sécurité.

D'après un responsable de la sécurité, au moins 20.000 militaires ont été déployés sur le front d'Alep, où les rebelles comptent pour leur part entre 6.000 et 8.000 hommes, d'après le journal al-Watan, proche du pouvoir.

Les rebelles disent tenir la moitié de la ville et affirment que, malgré les bombardements, par l'artillerie et l'aviation, les soldats ne parviennent pas à avancer au sol.

rd-ao/sk/cco

PLUS:afp