VIDEO

Le plongeur québécois Alexandre Despatie prend le 11e rang dans l'épreuve du 3 m à Londres (PHOTOS/VIDÉOS)

07/08/2012 03:33 EDT | Actualisé 07/10/2012 05:12 EDT

LONDRES - Alexandre Despatie aurait souhaité faire des adieux à l'olympisme plus joyeux, mardi, aux Jeux de Londres. Mais le plongeur vedette n'était animé d'aucun regret, même après avoir dû se contenter de la 11e position de la finale au tremplin de trois mètres.

«Il va me falloir quelques heures pour digérer tout ça, a déclaré l'athlète de Laval, déçu. Il faut que je sois fier de moi parce que je n'ai pas baissé les bras. La dernière année a été difficile sur tous les plans, psychologique, émotif et physique. Mais je m'étais dit que je participerais aux Jeux olympiques, peu importe, même après mon accident. Je suis venu ici, j'ai plongé en finale et en synchro. J'ai relevé des défis exigeants dans les circonstances.»

Le dernier défi était tout simplement trop colossal. Après avoir totalisé 458,20 et 472,80 points dans les préliminaires et en demi-finale, Despatie s'est heurté à un mur en finale, en n'amassant que 413,35 points au cumulatif de ses six plongeons.

C'est la première fois en cinq finales olympiques que le double médaillé d'argent olympique ne terminait pas parmi les quatre premiers d'une épreuve individuelle.

Incommodé d'abord par une blessure à un genou en début d'année, l'athlète âgé de 27 ans a ensuite dû se livrer à une véritable course contre la montre à l'entraînement après avoir subi une commotion cérébrale et une lacération au front, le 12 juin, en Espagne. Sa tête avait percuté le plongeoir, lors d'un saut.

«Les Jeux olympiques revêtent tellement d'importance pour nous que je tenais à être ici, a-t-il continué. Je ne regrette pas un instant tous les efforts que j'ai faits. Peu importe les embûches que j'ai dû surmonter, je referais la même chose parce que les Jeux sont très particuliers pour nous. D'avoir pris part à cette finale, c'est pour ça que je plonge et que je suis en amour avec ce sport-là.»

Chez Plongeon Canada, on a salué le courage d'un grand champion.

«Alex y est allé d'un effort surhumain pour se rendre jusqu'à la finale, a affirmé le directeur de la haute performance, Mitch Geller. D'avoir pu participer aux Jeux, en surmontant toute l'adversité à laquelle il a été confronté, il demeure notre héros. Nous avions dit que nous serions fiers de lui, peu importe ce qui arriverait avant, pendant et après les Jeux. Rien n'a changé, nous sommes fiers de lui.»

Plongeon raté

Despatie n'a pas été l'un des principaux acteurs d'une finale fort relevée, qui regroupait 12 concurrents. Il n'a jamais occupé un meilleur rang que le septième. Il était acquis qu'il n'accéderait pas au podium quand il a complètement raté son sixième plongeon — double périlleux et demi avant avec deux vrilles. Il a fait son entrée à l'eau en ayant les jambes à l'horizontale.

«C'est de la malchance», a-t-il commenté, en admettant qu'il était «très frustré» à sa sortie de la piscine. Ça n'arrive pratiquement jamais. J'étais mal positionné sur le plongeoir et je n'ai pas eu une bonne poussée de jambes. Mis à part ce plongeon, j'ai bien fait et je suis content.

«Je le répète: il y a six semaines, j'étais dans un lit d'hôpital. Je me suis entraîné du mieux que je pouvais et j'ai travaillé le plus fort. C'est la personne que je suis. J'ai toujours aimé relever des défis. Ç'en était un gros, mais je voulais être ici, vivre mes quatrièmes Jeux.»

Despatie, qui aspire toujours à faire carrière comme acteur, n'a pas annoncé sa retraite définitive du sport. Il a évoqué la possibilité de poursuivre pendant au moins une autre année afin de prendre part aux Championnats du monde de Barcelone, en Espagne, là où il a été sacré champion mondial pour la première fois à la tour en 2003.

Peu importe quand il décidera de quitter, Geller a dit que Despatie laisserait un bel héritage à son sport.

«Il a montré aux plongeurs canadiens que c'était possible d'avoir du succès. Il a fait changer les mentalités, a-t-il dit. Grâce à lui, nos plongeurs ont commencé à croire qu'ils pouvaient rivaliser avec les meilleurs au monde. Il a joué un rôle important là-dedans.

«Il a aussi contribué à l'augmentation de la pratique du plongeon chez les jeunes. C'a révolutionné notre sport. Et il a pu accomplir tous ces exploits en raison d'un solide programme et d'un entraîneur de la trempe de Michel Larouche. C'est un talent que nous avons développé.»

Despatie a remporté une médaille d'argent aux Jeux de Pékin en 2008 — même s'il avait subi une fracture au pied dans les mois précédents — ainsi qu'à ceux d'Athènes en 2004. C'était chaque fois au trois mètres.

Il a par ailleurs fini quatrième au 10 mètres deux fois, soit à Athènes ainsi qu'à Sydney en 2000.

Le roi Zakharov

Auteur d'un formidable score de 104,50 points à son sixième plongeon, le Russe Ilya Zakharov a raflé l'or de l'épreuve en vertu d'un total de 555,90.

Les Chinois Qin Kai et He Chong ont respectivement obtenu l'argent et le bronze. Le premier a amassé 541,75 points et le deuxième 524,15.

L'autre plongeur canadien en lice lors de l'épreuve masculine, François Imbeau-Dulac, a été éliminé en demi-finale, mardi matin.

INOLTRE SU HUFFPOST

JO: Alexandre Despatie au 3 m