NOUVELLES

Aleksandra Wozniak l’emporte au premier tour à la Coupe Rogers, Dubois s’incline

07/08/2012 05:49 EDT | Actualisé 07/10/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - La Canadienne Aleksandra Wozniak n’a pas raté son entrée à la Coupe Rogers, l’emportant en deux manches de 7-5, 7-6 (5) mardi soir, face à la 35e joueuse mondiale, la Slovaque Daniela Hantuchova.

La 55e raquette mondiale s’est finalement imposée après un délai de pluie de 55 minutes. Wozniak menait 7-5 et 6-6 quand une fine pluie a contraint l’arbitre à interrompre la rencontre.

«Je ne savais pas si on allait retourner sur le terrain ou pas, a commenté Wozniak. Je devais rester active dans le gym durant la pause. Je devais rester concentrée, parce que Daniela est très constante. Ça m’aura gardé éveillée après le décalage de Londres (rires), mais j’ai eu une petite baisse dans la deuxième manche.»

Au retour de la pause, Wozniak n’aura mis que sept minutes à remporter le bris d’égalité 7-5. Elle a conclu le match avec un revers profond et précis au fond du court que Hantuchova a renvoyé dans le filet. La Slovaque avait sauvé trois balles de match alors que la Québécoise servait à 6-5 dans la deuxième manche.

La Québécoise a admis qu’elle devra peaufiner son service au deuxième tour face à la 13e tête de série, la Serbe Jelena Jankovic.

«Aujourd’hui, je sentais mon bras un peu lourd. J’accélérais moins dans les deuxièmes balles. Demain (marcredi), je vais travailler mon deuxième service. Et j’ai aussi mon match de double avec Eugénie (Bouchard).»

La première manche entre Wozniak et Hantuchova ressemblait à s’y méprendre à la rencontre disputée entre Stéphanie Dubois et la Sud-Africaine Chanelle Scheepers plus tôt en soirée: conserver son service était une aventure. Huit des 12 jeux de cette première levée remportée 7-5 par Wozniak l’ont été à la suite de bris.

En revanche, les frappes de la Québécoise et de la Slovaque étaient beaucoup plus accentuées que celles de leurs collègues. Wozniak a connu sa part d’ennuis avec sa première balle, mais aussi avec sa deuxième, commentant plusieurs double-fautes. L’une lui aura coûté le quatrième jeu, une autre, le sixième.

Wozniak a peiné alors qu’elle menait 6-5. Elle a raté deux occasions de boucler la manche à 40-15 et commis une double-faute par la suite. Mais Hantuchova n’a pas su en profiter et Wozniak a pu conclure.

La deuxième manche a offert du jeu plus solide et de bons longs échanges. À 4-4, alors qu’elle était au service, on a cru que Hantuchova avait creusé sa tombe. Elle a raté une volée facile qui donnait l’avance 30-15 à Wozniak et, sur le jeu suivant, elle a cru qu’une balle de la Québécoise était hors-limites. Hantuchova a fait cesser le jeu, demandé l’appel et l’a perdu. À 15-40, Wozniak a complété le bris avec un bel amorti, mais elle n’a pu passer son service alors qu’elle avait le match au bout de la raquette : 5-5 partout.

Quelques heures plus tôt, Dubois, de Laval, a été battue d’entrée de jeu par Scheepers, s’imposant en trois manches de 1-6, 6-3 et 6-0 en une heure et 49 minutes.

Dubois, 155e joueuse mondiale, a amorcé le match en force face à la 41e joueuse classée de la WTA qui a été incapable de conserver son service jusqu’au septième jeu de la deuxième manche…mais qui ne l’a plus jamais perdu par la suite.

«Je jouais bien dans le premier set, mais j’ai commis trop d’erreurs avec mon coup droit, ce que je ne fais pas d’habitude», a admis Dubois, qui était terriblement déçue de s’incliner au premier tour du tournoi en simple, comme elle l’avait fait lors des présentations de 2005, 2009 et 2010.

La Québécoise a assuré qu’elle n’avait pas baissé les bras au troisième set au terme d’un premier jeu qui aurait pu tourner à son avantage.

«J’étais très calme et j’ai fait de bons échanges qui auraient pu changer le momentum. C’est très frustrant, a admis Dubois. Je n’avais pas joué contre elle depuis longtemps, mais on a pratiqué ensemble et, avec mon entraîneur, on avait un plan de match… On sourit pas dans une situation comme ça…»

Dubois n’a mis que 23 minutes pour remporter la première manche 6-1. Elle a brisé le service de la Sud-Africaine dès le deuxième jeu, avant de perdre le sien illico. Mais la Québécoise a aligné quatre jeux gagnants successifs, brisant deux autres fois le service de Scheepers.

Avec des coups plus profonds, de solides retours et de meilleures montées au filet, Dubois affichait une forme du tonnerre et semblait moins ennuyée que son adversaire par le vent qui soufflait avec une bonne vélocité sur le court central.

Qui perd gagne

Aucune des deux joueuses ne semblait vouloir s’imposer en deuxième manche. Le score était de 3-3 après six jeux, mais chaque fois, en raison de bris de service. À ce stade du match, on comptait dix bris en 13 jeux. Scheepers a mis fin à cette séquence au septième, histoire de prendre les devants 4-3. C’était alors la première fois du match que la Sud-Africaine conservait son service.

Dubois n’a toutefois pu imiter son adversaire et a encore été brisée au jeu suivant. Elle avait encore une chance à 5-3 dans le neuvième jeu, mais elle a raté un smash par un mile alors que le compte était de 30-30 et Scheepers s’est sauvée avec le set. Comme pour la Sud-Africaine dans la première manche, Dubois n’a jamais pu conserver son service dans la seconde.

De superbes et longs échanges ont ponctué le début de la troisième manche, mais Dubois a commis deux double-fautes, incluant celle qui donnait le bris d’entrée à son adversaire. Dubois s’est ensuite battue avec bien plus de combativité que la marque implacable de 6-0 ne l’indique, mais Scheepers s’est imposée sans plus rien céder à son adversaire.

Paszek, facilement

Plus tôt en après midi, l’Autrichienne Tamira Paszek (43e) s’est offert un petit match tranquille en disposant de l’Allemande Julia Goerges 6-2, 6-1 en 68 minutes. Goerges, qui vient pourtant au 25e rang de la WTA, n’a jamais pu trouver ses marques et a multiplié les fautes directes à la suite des attaques de Paszek. Sa récompense sera d’affronter la première joueuse mondiale, Victoria Azarenka, au deuxième tour.

À l’inverse, l’Italienne Roberta Vinci (28e), a dû puiser dans ses ressources pour disposer de la Belge Yanina Wickmayer (30e) en trois manches de 6-2, 3-6 et 7-5. Joli match. Carla Suarez Navarro a remporté à la dure 1-6, 6-4 et 6-3 son duel face à sa compatriote espagnole Maria Jose Martinez Sanchez ; la Roumaine Simona Halep a vaincu la Portugaise Michelle Larcher De Brito 6-4 et 6-3 ; tandis que la Russe Ekaterina Makarova a battu la qualifiée allemande Urszula Radwanska 6-4, 6-2.

Par ailleurs, la Kazakhe Sesil Karatancheva a été expéditive en lessivant la Roumaine Sorana Cirstea 6-0, 6-0. Un résultat d’autant plus étonnant que Karatancheva était issue des qualifications. Situation similaire pour la qualifiée slovaque Jana Cepelova, qui a battu la Suédoise Sofia Arvidsson en deux manches de 6-3.

Les responsables de la Coupe Rogers ont fait savoir qu'Ils vont honorer le défunt Gary Carter, mercredi.

PLUS:pc