NOUVELLES

Syrie: le premier ministre syrien fait défection et se réfugie en Jordanie

06/08/2012 05:24 EDT | Actualisé 06/10/2012 05:12 EDT

BEYROUTH - Sipa — Le premier ministre syrien, Riad Hijab, a déserté le gouvernement de Bachar el-Assad et s'est réfugié en Jordanie, ont annoncé lundi son porte-parole Mohammad Otari, des responsables de l'insurrection syrienne et les autorités jordaniennes.

Nommé il y a deux mois, M. Hijab est le plus haut responsable du régime de Damas à faire défection depuis le début du soulèvement en mars 2011. Selon M. Otari, le premier ministre a rejoint les rangs de l'opposition syrienne.

D'après Ahmad Kassim, un haut dirigeant de l'Armée syrienne libre, ce sont quatre ministres, dont Riad Hijab, qui ont abandonné le clan Assad. M. Kassim n'a pas précisé l'identité des trois autres. À Amman, en Jordanie, un responsable du gouvernement a confirmé que M. Hijab avait quitté la Syrie et rejoint le pays avec sa famille, sans parler des trois autres ministres.

Mohammed Otari a exhorté les autres responsables syriens à abandonner «ce régime criminel» sur les ondes de la chaîne Al-Jazira. Riad Hijab, a-t-il ajouté, est désormais un «soldat» de la révolution. Il préparait sa fuite depuis plus de deux mois, a-t-il poursuivi, et n'a accepté le poste de premier ministre que parce que le gouvernement syrien avait menacé de l'exécuter s'il n'obtempérait pas.

Un peu plus tôt, la télévision syrienne avait annoncé le limogeage de M. Hijab, sans en préciser le motif. Cet ancien ministre de l'Agriculture avait été nommé premier ministre le 23 juin. Le vice-premier ministre, Omar Ghalawanji, a été désigné temporairement pour expédier les affaires courantes.

Par ailleurs, une bombe a explosé lundi dans un bâtiment de la télévision publique à Damas, endommageant les locaux et blessant au moins trois employés.

Cet attentat est le dernier en date dans la capitale syrienne, qui en a connu une série ces derniers mois. Quatre hauts responsables proches du président el-Assad, dont son beau-frère et le ministre de la Défense, avaient été tués le 18 juillet par l'explosion d'une bombe au siège des services de sécurité à Damas.

L'édifice de la télévision, qui abrite aussi la radio publique, se situe dans le centre de Damas. Après l'explosion, la chaîne a continué à émettre.

Une chaîne télévisée syrienne privée pro-gouvernementale, Al-Ikhbariya, a diffusé des images des dégâts. On pouvait voir notamment des portes et des murs détruits, ainsi que des débris de verre.

Le ministre de l'Information, Omran al-Zoubi, a affirmé que l'explosion avait provoqué des dommages matériels importants et fait des blessés légers parmi le personnel.

Il a attribué la responsabilité de l'attentat au Qatar, à l'Arabie Saoudite et à Israël. Les autorités syriennes accusent les pays du Golfe et Israël de soutenir les rebelles luttant contre les troupes de Bachar el-Assad et d'attiser l'insurrection en Syrie.

PLUS:pc