Le gouvernement conservateur canadien prépare des initiatives législatives pour transférer la propriété de terrains dans les réserves autochtones aux membres des Premières nations, a indiqué lundi le ministère des Affaires autochtones.

"Nous nous préparons à introduire une législation concernant la propriété foncière dans les réserves", a précisé à l'AFP le porte-parole du ministère Jason MacDonald, sans toutefois donner de calendrier pour cette réforme destinée à bouleverser le régime actuel, sous lequel les terres appartiennent à l'Etat fédéral.

"Depuis six ans, notre gouvernement a pris des mesures concrètes pour créer des conditions pour plus de participation des Premières nations à l'économie du Canada", a déclaré M. MacDonald dans un courriel.

"Dans le Plan d'action économique 2012, nous nous sommes engagés à introduire la législation permettant la propriété autochtone dans les réserves", a-t-il précisé, tout en soulignant que cette possibilité sera une option ouverte à chaque communauté autochtone.

Selon lui, "c'est quelque chose que les Premières nations appellent de leur voeux".

Mais, selon le quotidien de référence The Globe and Mail, de nombreux chefs autochtones, dont leur dirigeant national Shawn Attleo, très soucieux de leur autonomie, y sont opposés, craignant qu'une telle évolution finisse par permettre à des non-autochtones de prendre le contrôle de terrains dans les réserves.

Les partisans de l'octroi de droits de propriété individuels aux autochtones pensent, eux, qu'ils leur permettraient de développer des entreprises, leurs biens fonciers pouvant servir de garantie pour des prêts bancaires.

On compte environ 630 Premières nations au Canada, avec quelque 700.000 membres. Certaines de ces communautés connaissent des conditions de vie difficiles, en matière de niveau de vie, de santé et d'éducation notamment.