NOUVELLES

L'Iran dément que ses ressortissants enlevés en Syrie soient des militaires

06/08/2012 02:25 EDT | Actualisé 05/10/2012 05:12 EDT

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian, a démenti lundi que les 48 Iraniens enlevés samedi par des groupes armés en Syrie soient des militaires, a rapporté le site de la télévision d'Etat.

"Nous démentons catégoriquement les informations de certains médias affirmant que nos pèlerins enlevés sont membres des Gardiens de la révolution", l'armée d'élite du régime islamique, a déclaré M. Amir-Abdollahian sur la chaîne de télévision iranienne en langue arabe Al-Alam.

"Tous les individus sont des pèlerins qui s'étaient rendus à Damas pour visiter les sites sacrés qui s'y trouvent", a-t-il ajouté.

"Cette opération était planifiée à l'avance et ceux qui l'ont fait veulent faire pression sur l'Iran pour qu'il arrête de soutenir le peuple syrien", a-t-il encore estimé.

Des informations divergentes circulaient dimanche sur l'identité des ravisseurs des 48 Iraniens.

Dans une vidéo diffusée sur YouTube, un groupe se présentant comme affilié à l'Armée syrienne libre (ASL, rebelles) a revendiqué le rapt, affirmant détenir des officiers des Gardiens de la révolution.

Mais un responsable de l'opposition syrienne a affirmé qu'un groupe extrémiste sunnite iranien, le Joundallah, opérant en Syrie contre le régime du président Bachar al-Assad, en était responsable.

L'Iran affirme qu'il s'agit de pèlerins chiites enlevés près de Damas sur la route de l'aéroport et a demandé pour leur libération l'aide de la Turquie et du Qatar, qui soutiennent l'opposition syrienne.

sgh/sbh

PLUS:afp