NOUVELLES

Les forces de sécurité du Hamas en alerte à Gaza après l'attaque en Egypte

06/08/2012 09:31 EDT | Actualisé 06/10/2012 05:12 EDT

Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a dénoncé lundi les "rumeurs" véhiculées selon lui par Israël sur une implication de militants palestiniens dans l'attaque meurtrière menée en Egypte et assuré que ses forces de sécurité étaient "en état d'alerte".

"L'occupant (l'Etat hébreu, ndlr) essaie de répandre des rumeurs et de tenir Gaza pour responsable de l'attaque, et de provoquer ainsi des tensions dans les relations entre les peuples palestinien et égyptien", a affirmé le chef des forces de sécurité du Hamas, Jamal al-Jarrah, sur le site du ministère de l'Intérieur du Hamas.

"Les services de la sécurité nationale sont à 100% en état d'alerte pour maintenir la sécurité commune entre la bande de Gaza et l'Egypte", a-t-il assuré.

L'armée égyptienne a affirmé lundi que les auteurs de l'attaque ayant fait la veille 16 morts parmi les gardes-frontière égyptien dans le Sinaï avaient été appuyés au moment de l'assaut par des tirs de mortier provenant de l'enclave palestinienne voisine de Gaza.

Le commando s'était ensuite infiltré en Israël avec un blindé avant d'être neutralisé par l'armée israélienne qui a affirmé avoir tué cinq assaillants.

Un haut responsable égyptien de la sécurité, cité par l'agence officielle égyptienne Mena, a accusé des "jihadistes" venus de Gaza d'être derrière cette attaque.

Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a condamné l'attaque, via son porte-parole dans son quartier général de Ramallah, en Cisjordanie.

"Le président Abbas, le peuple palestinien et la direction palestinienne condamnent avec les mots les plus forts ce crime commis par un groupe terroriste", a rapporté Nabil Abou Rdeineh.

"Malgré sa gravité, ce crime ne portera pas atteinte aux relations profondes entre les deux peuples et les directions palestinienne et égyptienne", a-t-il ajouté.

"Cela n'affectera pas le rôle de l'Egypte, engagé de façon permanente à soutenir notre cause et la bataille de notre peuple", a-t-il également plaidé.

scw/dv/cco/sb

PLUS:afp