NOUVELLES

JO-2012 - Le jour d'après l'éclair Bolt

06/08/2012 08:38 EDT | Actualisé 06/10/2012 05:12 EDT

Londres s'est réveillée lundi matin la tête pleine d'images de la victoire d'Usain Bolt sur 100 m, avant de porter son attention sur le vélodrome pour un match France - Grande-Bretagne très attendu, puis vers le stade olympique pour la "der" d'Isinbayeva à la perche.

Hurlant, implorant ou célébrant... Usain Bolt, l'éclair, s'étale à la Une de tous les quotidiens londoniens, qui saluent sa victoire en 9 sec 63, devant son compatriote Yohan Blake. "Il est toujours le plus grand", résume The Guardian.

Bolt sera de retour sur la piste mardi, pour les séries du 200 m, dont les finales auront lieu mercredi. Il vise un triplé 100 m, 200 m et relais 4x100 m, comme à Pékin en 2008.

En attendant, la Russe Yelena Isinbayeva partira en soirée à la conquête d'un troisième titre consécutif à la perche féminine. Il s'agira de la dernière sortie olympique pour la Tsarine qui a prévu de ranger ses perches à la fin des Mondiaux-2013 à Moscou. Auparavant, elle voudra effacer ses trois dernières sorties ratées dans les Championnats du monde.

Elle n'avait pas passé une barre aux Mondiaux-2009 et aux Mondiaux-2010 en salle avant d'échouer à la sixième place du Mondial-2011.

Sur la piste du stade olympique, la finale du 400 m haies devrait déboucher sur un duel entre le Dominicain Felix Sanchez et le Portoricain Javier Culson, d'autant que le premier a "chipé" au deuxième la meilleure performance de l'année, pour deux centièmes (47 sec 76), en demi-finale.

L'Américain Angelo Taylor, champion olympique en 2000 et 2008, un peu en retrait depuis le début de la saison, tentera de se mêler à la lutte.

Sur 400 m plat, en l'absence du tenant du titre LaShawn Merritt, éliminé en séries, le favori sera le coureur de la Grenade, Kirani James. Oscar Pistorius n'aura pas non plus les honneurs de la finale: le double amputé sud-africain a échoué à se qualifier dimanche en terminant dernier de sa demi-finale.

Le Kényan David Rudisha n'a pas forcé son talent pour franchir les séries du 800 m dont il détient le record du monde.

Discipline la plus prestigieuse en cyclisme sur piste, la vitesse messieurs s'annonce très indécise en fin d'après-midi au Vélodrome. Le titre devrait se jouer entre le Britannique Jason Kenny et le Français Grégory Baugé.

Sacré champion du monde en avril, Baugé est loin d'avoir course gagnée, tant les Britanniques ont affiché une réussite insolente depuis le début de la semaine, remportant quatre des six premiers titres attribués sur la piste.

La belle réussite des "Brits", troisièmes au classement des médailles derrière la Chine et les Etats-Unis, a d'ailleurs soulevé un bel élan d'enthousiasme en Grande-Bretagne, où l'organisation des Jeux provoque un sentiment de fierté.

L'excentrique maire de Londres Boris Johnson expose ainsi lundi, dans une tribune enflammée dans les colonnes du Daily Telegraph, vingt raisons de célébrer à mi-parcours le succès phénoménal des JO, quitte à basculer dans l'emphase voire le bizarroïde.

Résumant un sentiment assez répandu, M. Johnson estime que "à travers le monde, les gens voient l'image d'un pays qui semble être (a) heureux, (b) relax, (c) accueillant, (d) regorgeant de beaux endroits avec des tas de choses intéressantes à faire, (e) assez efficace dans l'organisation du plus grand événement sportif sur terre".

La cérémonie de clôture des Jeux est programmée dimanche.

pga/sg

PLUS:afp