NOUVELLES

JO-2012 - Athlétisme: La fête des Caraïbes avec Sanchez et James

06/08/2012 05:42 EDT | Actualisé 06/10/2012 05:12 EDT

Points sur la carte, les îles carabéennes de la Dominique et de la Grenade ont pourtant dominé la 4e journée d'athlétisme aux JO de Londres, avec les succès du revenant Felix Sanchez sur 400 m haies (47.36) et du champion du monde Kirani James sur le tour de piste (43.94).

Une fois ôtées ses lunettes en verre teintée, Sanchez a laissé affluer les émotions et pleuré à chaudes larmes en recevant sa médaille. Comme un clin d'oeil, son chrono londonien est identique au centième à celui des Jeux d'Athènes-2004, qui avait confirmé sa suprématie à la suite des titres mondiaux 2001 et 2003.

"Personne ne s'y attendait. Beaucoup de gens au pays m'avaient même conseillé d'arrêter l'an dernier. Maintenant, ils vont danser", a expliqué l'inoxydable hurdler.

Sanchez porte toujours près du coeur le portrait de sa grand-mère Lilian, décédée pendant les Jeux de Pékin en 2008.

Pour la première fois de l'histoire (excepté aux JO boycottés de Moscou-1980), aucun Américain n'était parvenu en finale du 400 m, après l'élimination en séries du tenant du titre LaShawn Merritt sur blessure. Les Etats-Unis avaient même remporté tous les titres olympiques depuis 1984.

Mais le prodige Kirani James, 19 ans, déjà plus jeune champion du monde de l'histoire en 2011, n'avait pas besoin de cadeau. Il a survolé la finale, en passant sous les 44 secondes, meilleure performance mondiale de la saison. Le Dominicain Luguelin Santos, récent champion du monde juniors âgé de 18 ans, a pris la 2e place en 44 sec 46.

Le Trinidadien Gordon Lalonde s'est emparé du bronze (44.52) au dépens du vétéran (33 ans) bahaméen Chris Brown.

L'armada US s'est consolée avec la victoire à la perche de Jennifer Suhr (4,75 m), devant la Cubaine Yarisley Silva (4,75 m, battue aux essais) et la Russe Yelena Isinbayeva (4,70 m).

La +tsarine+ a ainsi échoué à devenir la première athlète triple championne olympique d'une même épreuve. Loin derrière Isinbayeva, seule perchiste à avoir franchi 5,00 m et plus, avec un record planétaire à 5,06 m, Suhr est quand même la 2e performeuse de tous les temps (4,92 m).

"Je suis contente. Ce bronze est comme une médaille d'or. Il y a eu tellement de mauvais moments ces derniers années", a expliqué Isinbayeva, belle perdante.

Baume au coeur pour la Russie, Yulya Zaripova a remporté le 3000 m steeple, aussurant la succession de sa compatriote Gulnara Galkina, qui, hors de forme, avait abandonné à mi-course.

Les séries du 200 m ont mis en valeur la grande facilité des Américaines Sanya Richards-Ross, reine du 400 m, et surtout Allyson Felix.

La Bélarusse Nadzeya Ostapchuk tient finalement sa médaille d'or. Elle a projeté le poids à 21,36 m, trop loin pour la Néo-Zélandaise Valérie Adams, lauréate à Pékin.

En matinée, l'Australienne Sally Pearson et le Kényan David Rudisha, grands favoris du 100 m haies et du 800 m, avaient confirmé leurs ambitions en séries.

"J'étais un peu nerveuse et je suis contente que ça ait commencé. Je sais où j'en suis", a souligné Pearson, attendue comme le messie en Australie.

Les +Aussies+, en retrait dans leurs sports de prédilection (natation, aviron et cyclisme), ne comptent en effet que deux médailles d'or après dix jours.

asc/sg

PLUS:afp