NOUVELLES

Des Cosaques s'en prendront aux immigrés russes avant les Jeux de Sotchi

06/08/2012 09:07 EDT | Actualisé 06/10/2012 05:12 EDT

MOSCOU - Un millier de Cosaques, qui formaient une force militaire redoutée à l'époque des tsars, aideront la police à patrouiller dans la région méridionale de la Russie qui sera l'hôte des Jeux d'hivers de 2014, dans la ville de Sotchi, en bordure de la Mer noire. La police doit s'assurer que des travailleurs migrants du Caucase voisin n'envahissent pas la région.

Le déploiement prévu des Cosaques, annoncé par le gouvernement de la région de Krasnodar, a été vivement critiqué en Russie, certains craignant que cela ne mène à une hausse des tensions ethniques dans la région, voire des crimes haineux contre les migrants musulmans au teint généralement sombre.

Les Cosaques ne seront pas armés, mais porteront tout de même des uniformes les identifiant comme des membres d'une force militaire qui célèbre toujours son rôle de défense des frontières russes à l'époque pré-soviétique.

Leur mission, qui doit débuter le 1er septembre, sera de contrôler les migrants dont «le comportement n'est pas toujours légal, et pas toujours correct», selon ce qu'a déclaré lundi le chef adjoint de l'armé cosaque de Kubam, Konstantin Perenishko.

Le gouverneur Alexander Tkachyov a annoncé la semaine dernière le déploiement des Cosaques lors d'un discours devant des policiers.

«Ce que vous ne pouvez pas faire, un Cosaque peut l'accomplir», a déclaré M. Tkachyov. Il a ajouté que les Cosaques ne seraient pas restreints, comme la police, à maintenir l'ordre public et à faire respecter les lois sur l'immigration.

«La police a des pouvoirs suffisamment importants, mais il y a des limites, a dit le gouverneur. Nous l'avons constaté ces dernières années en raison de la démocratie et de la plus grande attention accordée aux droits de la personne et à la société civile.»

Il a ajouté que la présence des Cosaques ferait fuir les Russes immigrés de venir s'installer au Krasnodar, une région agricole.

M. Tkachyov a semblé très inquiet à propos des citoyens russes provenant de la région multiculturelle du Caucase, qui a été frappée par une insurrection musulmane et des problèmes économiques depuis le début de la première guerre d'indépendance de la Tchétchénie, en 1994.

Les Russes de souche traitent les natifs du Caucase de façon de plus en plus xénophobe et hostile. Les travailleurs migrants des anciennes républiques soviétiques de l'Asie centrale, de l'Arménie et de l'Azerbaïjan sont également victime de discrimination.

Les remarques du gouverneur lui ont valut de vives critiques. Un membre de la Chambre publique, un organisme consultatif approuvé par le Kremlin, a dit qu'il demanderait aux procureurs de l'État d'enquêter à savoir si les remarques violaient la loi russe sur l'incitation à la haine ethnique.

«Tkachyov en a appelé à la désintégration du pays», a déclaré le membre de la Chambre publique Alexander Sokolov dans une déclaration, vendredi. «Il considère les provinces du Caucase comme un territoire ennemi et demande à les isoler avec des milices paramilitaires illégales.»

Les groupes paramilitaires cosaques ont été le fer de lance de l'expansion russe sous les tsars, et sont tristement célèbres pour des pogroms antisémites qui ont provoqué d'importantes migrations juives vers l'Ouest. Pendant l'ère soviétique, les Cosaques ont été persécutés et ont fait l'objet de purges en raison de leur résistance au pouvoir communiste, et le retour de leurs escadrons et défilés après 1991 est souvent vue comme des bravades sans importance. Lors du recensement russe de 2010, environ 70 000 personnes se sont identifiées comme étant cosaques.

PLUS:pc