Huffpost Canada Quebec

Jean Charest cible encore les familles avec une aide de 100 $ pour la rentrée

Publication: Mis à jour:
JEAN CHAREST
Agence QMI

SAINTE-MARIE, Qc - Le chef libéral Jean Charest a continué de courtiser les familles, lundi, en leur promettant un chèque pour couvrir les dépenses de la rentrée scolaire.

M. Charest a annoncé que les parents recevront 100 $ par enfant pour l'achat d'effets scolaires, une mesure dont le coût total annuel est estimé à 45 millions $. Les parents recevraient cette allocation au mois d'août avant chaque rentrée scolaire.

Ce montant non imposable ne serait accessible qu'aux parents ayant un enfant qui fréquente le réseau primaire public, a déclaré M. Charest lors d'une conférence de presse dans une entreprise de transport scolaire.

«On fait ça parce qu'on croit beaucoup au système d'éducation, on le fait pour l'éducation, on le fait pour l'économie et on le fait pour le Québec», a-t-il dit.

Selon M. Charest, les coûts d'achat de matériel scolaire varient de 100 $ à 200 $ par enfant et les parents de 450 000 écoliers bénéficieront de l'allocation promise.

En annonçant ainsi une distribution de chèques, les libéraux reprennent une pratique des conservateurs fédéraux de Stephen Harper, qui avaient fait l'objet de critiques en privilégiant ce type de versement aux crédits d'impôt, jugés plus efficaces.

Le président de la Fédération des comités de parents Claude Rioux s'est dit d'ailleurs dit «perplexe» de constater qu'aucune modulation de l'allocation n'est prévue en fonction du revenu des parents.

Selon M. Rioux, les parents dont les revenus sont moins élevés devraient recevoir un soutien financier plus important.

«Une famille avec des revenus élevés a les moyens d'acheter des fournitures scolaires, alors que c'est une préoccupation majeure pour les familles à faible revenu», a-t-il dit lors d'une entrevue téléphonique.

M. Rioux s'est aussi inquiété des risques que cette allocation incite les écoles à hausser la facture des effets scolaires en ajoutant des frais supplémentaires, comme des romans qui seront lus en classe ou des calculatrices.

Questionné au sujet du recours aux allocations ciblant une clientèle précise, M. Charest n'a pas voulu dire s'il a l'intention multiplier les mesures de ce genre, dont l'impact auprès des électeurs est plus fort qu'un crédit d'impôt.

Les conservateurs fédéraux ont utilisé abondamment ces incitatifs pour cibler des clientèles électorales, notamment la prestation universelle pour garde d'enfant, qui prenait la forme d'un chèque de 1200 $ pour chaque enfant de moins de six ans.

L'Action démocratique du Québec (ADQ), maintenant fusionnée à la Coalition avenir Québec (CAQ), avait aussi fait une proposition semblable, en promettant une allocation de 100 $ par semaine pour chaque enfant qui ne bénéficiait pas d'une place en service de garde subventionné.

Le chef libéral a d'ailleurs profité du passage de sa caravane en Beauce, une région fertile pour les adéquistes, pour énoncer son engagement concernant l'allocation pour effets scolaires.

Par ailleurs, M. Charest a aussi promis lundi de doubler le budget consacré à l'aide aux devoirs, qui passera de 20 millions $ à 40 millions $.

Dimanche, M. Charest avait aussi ciblé les familles avec l'annonce d'un nouveau programme pour développer les services de garde en entreprise.

La caravane libérale a fait campagne dans les circonscriptions de Beauce-Nord et Beauce-Sud, lundi, avant de compléter son parcours dans celle de Mégantic, en Estrie.

Dans Beauce-Nord, les libéraux présentent le candidat Jack Roy, ancien attaché politique, qui tentera de ravir la circonscription à la CAQ. Janvier Grondin, qui ne se représente pas, a été élu pour la première fois en 2003 sous la bannière de l'ADQ. La CAQ est désormais représentée par André Spénard, un ancien directeur général d'entreprises.

En 2008, M. Grondin avait remporté Beauce-Nord avec une majorité de 3021 voix sur son opposant libéral.

Dans Beauce-Sud, le ministre de la Sécurité publique Robert Dutil est candidat. En 2008, il avait obtenu une modeste majorité de 570 voix sur son adversaire adéquiste.

Les libéraux présentent un nouveau candidat dans Mégantic, Ghislain Bolduc, dans cette circonscription aux contours redessinés par la nouvelle carte électorale. Johanne Gonthier, la députée libérale de Mégantic-Compton, l'ancienne circonscription, a choisi de ne pas solliciter un nouveau mandat.

Par ailleurs, s'il se montre satisfait de son bilan de lutte à la corruption, pour lequel il s'est attribué la note de 8 sur 10, M. Charest a néanmoins laissé la porte ouverte à l'annonce de nouvelles mesures lors de la présente campagne.

«Laissez-nous donc l'occasion de nous prononcer, a-t-il dit. On aura l'occasion de se prononcer sur ces choses là.»

Alors qu'un sondage publié lundi indique qu'une forte majorité de répondants considère que les libéraux sont corrompus, M. Charest a refusé de commenter ce résultat, minimisant plutôt la crédibilité des enquêtes d'opinion.

«S'il y a une chose que j'ai apprise, c'est à me méfier des sondages et à faire très attention, a-t-il dit. Parce qu'un sondage peut raconter une partie de l'histoire mais il ne raconte jamais toute l'histoire.»

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Portraits des chefs
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Années Charest: les familles à revenus modestes gagnantes ...

Jean Charest ne craint pas la candidature de Jacques Duchesneau ...

Épreuve des faits : Jean Charest fait du recyclage | Politique ...

Analyse par la FEUQ des mesures proposées par le gouvernement ...

Années Charest: les familles à revenus modestes gagnantes

Des millions pour le joyau à Lepage

La contre-attaque