NOUVELLES

Basketball chez les femmes: un duel entre le Canada et les États-Unis

06/08/2012 03:31 EDT | Actualisé 06/10/2012 05:12 EDT

LONDRES - Les Canadiennes auront fort à faire en quarts de finale du tournoi de basketball féminin, mardi, contre une équipe américaine qui a remporté la médaille d'or lors des quatre Jeux olympiques précédents.

Si elles triomphent aux dépens des Canadiennes, les Américaines accéderont à la ronde des demi-finales au cours de sept Jeux consécutifs.

«Avec notre expérience, nous savons ce qui nous attend, ce qu'est l'enjeu, ce que nous devons faire. Nous pouvons donner l'exemple», a dit Sue Bird, l'une des trois joueuses d'expérience de l'équipe américaine en compagnie de Diana Taurasi et Tamika Catchings.

Ces trois leaders ont chacune leur style et leur façon de contribuer aux succès de l'équipe américaine, selon l'entraîneur Geno Auriemma.

«Sue est subtile et efficace, Diana est très percutante et très efficace et Tamika se contente de jouer, parle peu et n'attire pas l'attention. Elle ne fait que jouer», a dit l'entraîneur.

Les Américaines ont largement dominé la ronde préliminaire en l'emportant par une moyenne de 37 points. Mais à compter de ce mardi, la pression sera plus forte puisqu'une seule défaite entraînera l'élimination.

«Vous n'avez qu'une seule chance, a dit Bird. Vous ne devez pas oublier que vous n'avez pas le droit de connaître une mauvaise journée. Il faut s'assurer d'être bien préparées à jouer ce match.»

Contrairement aux Américaines, les Canadiennes se retrouvent en terrain inconnu. Elles n'ont jamais pris part à un match de la ronde quarts de finale.

«Les Canadiennes ont été dans le coup à chacun de leur match et elles ont terminé quatrièmes, a dit Auriemma. Elles ont eu leurs chances à chaque match. C'est le genre de tournoi où il faut bien jouer à chaque soir. Pour notre part, nous sommes chanceux d'avoir un peu plus de profondeur.»

Plusieurs joueuses canadiennes sont familières avec le basketball américain de haut niveau puisqu'elles ont évolué dans des universités au sud de la frontière. C'est notamment le cas de Courtnay Pilypaitis (Vermont), de la Montréalaise Lizanne Murphy (Hofstra, à New York) ainsi que de Kim Smith et Shona Thorburn (Utah). Deux autres joueuses sont des membres actuelles d'équipes universitaires américaines: l'Albertaine Michelle Plouffe (Utah) ainsi que Natalie Achonwa (Notre Dame).

«Ça peut paraître joué d'avance, mais nous allons disputer ce match, a dit l'entraîneuse canadienne, Alison McNeill. Nous allons jouer avec détermination et faire de notre mieux pour gagner. Elles sont incroyablement bonnes. Nous avons joué contre la Russie et l'Australie, alors pouvons-nous les affronter? Nous allons le savoir bientôt.»

PLUS:pc