NOUVELLES

Paris souligne l'"urgence" d'"un accord global" entre Soudan et Soudan du Sud

05/08/2012 01:47 EDT | Actualisé 05/10/2012 05:12 EDT

La France a salué dimanche la signature d'un accord entre le Soudan et le Soudan du Sud sur la question du pétrole comme un "signe encourageant", mais elle a exhorté les dirigeants des deux pays à parvenir d'urgence à "un accord global".

L'ex-président sud-africain Thabo Mbeki, intervenant comme médiateur de l'Union africaine (UA), avait annoncé dans la nuit de vendredi à samedi que les deux pays avaient trouvé une solution à leur différend pétrolier, une des raisons qui les avaient conduits au bord de la guerre au printemps.

"C'est un signe encourageant, qui démontre que le compromis est possible pour le bénéfice mutuel des deux Etats (...)", a souligné le porte-parole adjoint du ministère français des Affaires étrangères, Vincent Floreani.

Le différend pétrolier empoisonnait les relations entre Juba et Khartoum depuis l'indépendance il y a un an du Soudan du Sud, qui a hérité des trois quarts des ressources pétrolières du Soudan d'avant la partition mais dépend entièrement des oléoducs du Nord pour exporter.

Paris a également salué "l'acceptation par le gouvernement soudanais de la proposition tripartite ONU-UA-Ligue arabe qui devrait faciliter la distribution d'aide humanitaire dans l'ensemble du Sud Kordofan et du Nil bleu" et l'a exhorté "à mettre en oeuvre concrètement au plus vite cet accord".

Samdi, un employé soudanais du Programme alimentaire mondial (PAM) a été tué par balle dans l'Etat du Kordofan-Sud, en proie à une rébellion armée, la deuxième attaque contre le PAM en deux jours au Soudan.

"La France reste toutefois préoccupée par l'absence d'accord sur de nombreux autres aspects des négociations entre le Soudan et le Soudan du Sud, malgré l'expiration du délai du 2 août, fixé par l'Union Africaine et le Conseil de Sécurité des Nations Unies", a déploré M. Floreani.

"Tous les yeux se tournent désormais vers les dirigeants des deux pays. Il y a aujourd'hui une urgence véritable à parvenir à un accord global", a-t-il insisté.

Un sommet entre les présidents soudanais, Omar el-Béchir, et sud-soudanais, Salva Kiir, est prévu en septembre.

lbx/sba

PLUS:afp