NOUVELLES

Le double amputé Oscar Pistorius s'incline en demi-finale du 400 mètres

05/08/2012 04:57 EDT | Actualisé 05/10/2012 05:12 EDT
AP
South Africa's Oscar Pistorius starts in a men's 400-meter heat during the athletics in the Olympic Stadium at the 2012 Summer Olympics, London, Saturday, Aug. 4, 2012. (AP Photo/David J. Phillip)

LONDRES - Le premier athlète amputé à participer aux Jeux olympiques, le Sud-Africain Oscar Pistorius, a échoué dans sa tentative d'accéder à la finale du 400 mètres, dimanche.

Après avoir connu un mauvais départ, Pistorius n'a pu gagner en rapidité, si bien qu'il a terminé dernier de sa vague de demi-finale.

Le coureur sud-africain aux lames de carbone n'a jamais été dans la course. Il a franchi la distance en 46,54 secondes, à 0,95 du plus rapide de sa vague, Kirani James, de la Grenade.

James, le champion du monde de la discipline, a profité de la présence de Pistorius après l'épreuve pour lui demander son dossard de compétition en guise de souvenir.

«Il est une inspiration pour nous tous, en plus de représenter quelqu'un de très spécial pour notre sport. C'est un homme formidable — il est temps que nous le voyions ainsi et pas autrement», a souligné James à l'issue de la demi-finale.

Pistorius doit encore participer au relais 4x400 mètres, qui commence jeudi. L'année dernière aux championnats du monde, le relais sud-africain, dont il faisait partie, a récolté la médaille d'argent sur cette distance.

L'athlète amputé a dû mener une lutte de tous les instants pour participer aux Jeux de Londres, menant sa cause jusqu'en cour afin d'obtenir le droit de se mesurer à l'élite. Le fait de s'être classé parmi les 16 premiers, au 400m, est un exploit en soi.

«Le fait d'avoir atteint les demi-finales, d'avoir donné tout ce qu'il avait, m'incite à lui dire de garder la tête haute et de ne pas céder au découragement, de dire Chris Brown, un ancien champion mondial en salle qui s'est qualifié pour la finale, dimanche, après avoir fini deuxième dans la vague de Pistorius.

«Il y avait plus de pression sur lui que sur quinconque. Je lui lève mon chapeau pour sa présence ici et pour avoir compétitionné dans des conditions si difficiles.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Résumé de la journée du 5 août