NOUVELLES

Nigeria: le président condamne le "chantage" du chef présumé de Boko Haram

05/08/2012 03:55 EDT | Actualisé 05/10/2012 05:12 EDT

Le président du Nigeria, Goodluck Jonathan, a condamné dimanche le "chantage" du chef présumé du groupe islamiste Boko Haram, Abubakar Shekau, qui lui a demandé de démissionner et de se convertir à l'islam.

M. Jonathan - qui préside le pays le plus peuplé d'Afrique et premier producteur de brut du continent - ne va ni démissionner, ni renoncer au christiannisme, a déclaré dimanche à Abuja, le porte-parole du président Goodluck Jonathan, Reuben Abati.

"Quand les Nigerians ont majoritairement voté pour le président Jonathan à l'élection présidentielle de 2011, ils savaient qu'ils élisaient un chrétien (...) En tant que président, M. Jonathan est le dirigeant des chrétiens et des musulmans", a-t-il ajouté. "C'est du chantage pur et simple pour demander au président (...) de se convertir à l'islam", a poursuivi M. Abati.

Dans une vidéo mise en ligne samedi, le chef présumé de Boko Haram, demande à M. Jonathan de "se repentir".

"Je vous demande (le président nigérian Goodluck) Jonathan d'abandonner ce pouvoir impie, vous devez vous repentir et abandonner le christiannisme, y compris Obama, qui dit que j'ai des intérêts aux Etats-Unis", a-t-il dit.

Dans la même vidéo, le chef présumé de Boko Haram qualifie le président américain Barack Obama de "terroriste" après la décision de Washington de le placer sur la liste noire anti-terroriste des Etats-Unis.

"Vous avez dit que je suis un terroriste mondial, alors vous serez un terroriste dans le monde à venir", affirme, en s'adressant à M. Obama, Abubakar Shekau, qui s'exprime en langue haoussa dans cette vidéo, similaire aux précédents enregistrements mis en ligne du chef présumé de Boko Haram.

Washington a annoncé le 21 juin avoir placé sur leur liste anti-terroriste trois dirigeants de Boko Haram, dont Abubakar Shekau, même si l'organisation n'a pas fait en tant que telle son apparition sur la liste américaine.

L'inscription sur cette liste noire gèle les éventuels avoirs d'Abubakar Shekau et interdit aux Américains d'entrer en affaires avec lui.

D'un ton sarcastique, un AK-47 posé contre un mur, Abubakar Shekau a ajouté : "Je sais que les Etats-Unis existent mais je ne sais pas dans quelle partie du monde ils sont situés, si c'est à l'ouest ou au nord, au sud ou à l'est (...) Je ne sais pas où c'est alors inutile de parler de geler mes avoirs là-bas".

Abubakar Shekau aurait 43 ans et serait né dans un village d'agriculteurs et d'éleveurs du nom de Shekau, dans l'Etat de Yobe (nord-est). Il aurait étudié la théologie. Il a dirigé dans l'ombre la principale branche de l'organisation et a même été donné pour mort il y a quelques années.

Les membres de Boko Haram ont des liens avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui leur fournirait un entraînement, selon les autorités nigérianes.

Plusieurs députés américains ont fait pression sur l'administration Obama pour qu'elle inscrive Boko Haram sur la liste noire mais d'autres soulignent que cette organisation n'agit que localement.

Boko Haram - qui se réclame des talibans afghans et dont le nom en haoussa signifie +l'éducation occidentale est un péché+ - s'est lancé dans une campagne violente et sanglante en 2009.

Depuis cette date, Boko Haram a revendiqué des attentats ayant fait plus de 1.000 morts. Son attaque la plus meurtrière a fait 185 morts le 20 janvier dernier à Kano.

Il a également revendiqué une attaque suicide contre le siège de l'ONU à Abuja, qui a fait plus de 20 morts le 26 août 2011.

Le Nigeria produisait ces derniers mois entre 2 et 2,4 millions de barils de brut par jour.

abu/mjs/efr-sba

PLUS:afp