NOUVELLES

N.-B.: les manifs nuiraient à l'industrie du homard, dit le ministre Olscamp

05/08/2012 06:59 EDT | Actualisé 05/10/2012 05:12 EDT

FREDERICTON - Le ministre néo-brunswickois des Pêches Michael Olscamp a déclaré dimanche espérer que la raison l'emporterait lors des négociations en cours avec les pêcheurs de homard de la province.

M. Olscamp a toutefois admis n'avoir aucun contrôle sur la possibilité que d'autres manifestations aient lieu, comme par exemple celles survenues devant des usines de transformation à Cap-Pelé et Shédiac la semaine dernière. Les manifestations nuisent à l'industrie, a-t-il soutenu.

Lors d'une entrevue téléphonique avec la Presse Canadienne, le ministre a déclaré que les pêcheurs nuisaient à leur cause et que le gouvernement avait envoyé un message en faveur de l'arrêt des moyens de pression.

Les pêcheurs, eux, craignent que des homards américains achetés à rabais ne fassent baisser les prix.

Ces pêcheurs ont empêché le déchargement d'au moins une cargaison de homards américains à une usine la semaine dernière.

En réaction à des manifestations qui ont débuté jeudi, des responsables de l'industrie du homard et du gouvernement du Nouveau-Brunswick se sont entendus sur un prix d'achat minimum de 2,50 $ la livre pour le homard transformé et de 3 $ la livre pour le homard vivant.

Des médias ont toutefois rapporté que plusieurs pêcheurs demeuraient mécontents, et certains d'entre eux, réunis dimanche à Richibucto, ont menacé d'organiser davantage de manifestations devant des usines de transformation cette semaine.

Les prix du homard dépendent de plusieurs facteurs et le gouvernement n'a que peu d'influence, a dit M. Olscamp, qui planifie de rencontrer de nouveau l'Union des pêcheurs des Maritimes mardi.

Selon lui, le syndicat n'a généralement pas le même point de vue que les manifestants.

Le syndicat n'a pas rappelé la Presse Canadienne pour commenter.

La saison de la pêche au homard débute cette semaine dans certaines parties de la région.

PLUS:pc