NOUVELLES

JO-2012 - Voile: "Beano" Ainslie, tout simplement le meilleur

05/08/2012 10:22 EDT | Actualisé 05/10/2012 05:12 EDT

Le Britannique Ben Ainslie, qui a remporté dimanche à Weymouth (sud de l'Angleterre) le titre olympique en Finn, égalant le record du Danois Pol Elvstrom avec quatre médailles d'or en voile aux JO, est sans doute le meilleur régatier au monde.

"Beano", son surnom, survole depuis plusieurs années tous ses adversaires sur ce dériveur exigeant, très physique et réservé aux costauds de 90 kg et plus. Son palmarès est impressionnant.

Médaille d'or dans cette catégorie en 2004, 2008 et maintenant 2012, il a également été champion olympique en Laser en 2000, remporté six titres de champion du monde (le dernier en mai) en Finn et été nommé Marin de l'année 1998, 2002 et 2008 par la Fédération internationale de voile (ISAF).

Sans oublier une médaille d'argent en Laser en 1996 à Atlanta et un titre de champion du monde de match racing en 2010. Une énumération exhaustive serait fastidieuse...

Le Danois Jonas Hogh-Christensen, qui a remporté la médaille d'argent à Weymouth, n'y va pas par quatre chemins: "Ben est le meilleur marin des temps modernes".

Le regarder naviguer est un plaisir, une leçon de voile. Départs excellents, choix tactiques et trajectoires impeccables. Les bouées sont enroulées sans bavure, sans gestes inutiles, bateau à plat. Concentration absolue, aucun signe d'une quelconque nervosité. La classe.

Agé de 35 ans, Charles Benedict Ainslie est né le 5 février 1977 à Macclesfield (Angleterre). Dimanche, il a rejoint au Panthéon de la voile le légendaire Elvstrom, qui avait remporté quatre médailles d'or (dont trois en Finn) aux JO entre 1948 et 1960.

Comme tous les gamins de son âge en Angleterre, "Beano" a d'abord joué au cricket, un sport pour lequel il n'était selon lui "pas très bon", et a découvert la voile à l'âge de 8 ans, dans les Cornouailles anglaises.

A Weymouth, un plan d'eau qu'il connaît comme sa poche, Ainslie s'est rapproché de son héros de toujours, le Britannique Steve Redgrave, quintuple médaillé d'or en aviron.

Ses adversaires le craignent car, sur l'eau, le Britannique --désarmant de gentillesse et d'une courtoisie exquise à terre-- se mue en tueur, impitoyable avec ses adversaires, se battant comme un chien sur chaque bouée, toujours prompt à réclamer contre tel ou tel.

Dans "Close to the wind" ("Au plus près du vent"), son autobiographie, Ainslie envoie Coubertin aux oubliettes. "L'essentiel serait de participer? Foutaises, ça ne m'intéresse pas", écrit-il. "Depuis l'âge de 15 ans, je n'ai jamais fait de la voile pour participer, ça a toujours été pour gagner".

Dans une interview à Yachting World en 2011, il avouait un faible pour le groupe de rock alternatif américain The Killers (littéralement, les tueurs)... Ses adversaires auraient du se méfier.

"Il n'est jamais facile de s'imposer, tempère-t-il modestement. C'est souvent plus serré qu'on le pense et cela demande beaucoup d'entraînement".

Brièvement barreur de Team Origin, le défunt défi britannique pour la Coupe de l'America, Ainslie reviendra à l'Auld Mug en rejoignant l'équipe américaine Oracle pour la Cup 2013 à San Francisco.

Joueur de golf accompli, il adore les belles voitures (avec une préférence pour les Aston Martin Vantage) et aurait rêvé d'être pilote de Formule 1.

Un objectif pour l'après-JO?

heg/jr

PLUS:afp