NOUVELLES

JO-2012 - Matin pluvieux, après-midi heureux pour les Bleus

05/08/2012 03:17 EDT | Actualisé 05/10/2012 05:12 EDT

Zéro pointé des escrimeurs, débâcle des tireurs: les Bleus avaient mal commencé la journée, avant de se réveiller dans l'après-midi, avec les 23e et 24e médailles françaises de ces JO, dans la rade de Weymouth, grâce à la voile, et dans le vélodrome de Stratford.

C'est Jonathan Lobert, sous le soleil de Weymouth, qui a relancé le compteur bleu en terminant en bronze, dans son Finn. Derrière le Britannique Ben Ainslie, le roi +Beano+, 4 titres olympiques à son actif.

Pour monter sur le podium, le Nantais d'adoption, 27 ans, devait finir devant le Néerlandais Pieter-Jan Postma, qui le devançait de 5 points avant l'ultime régate. Mission accomplie, en franchissant la ligne d'arrivée en vainqueur.

Plus tard dans l'après-midi, c'est Bryan Coquard qui a apporté son écot à la collection française, avec une médaille d'argent en Omnium, le décathlon du cyclisme sur piste, une épreuve qui faisait son entrée au programme olympique.

En tête samedi soir, après les trois premières épreuves, Coquard, 20 ans, a échoué à 2 points du vainqueur, le Danois Hansen, dimanche en fin d'après-midi, après les trois dernières manches.

Avant ces deux médailles, la journée avait commencé très difficilement pour les Français, sous la pluie battante de Londres. Avec notamment la nouvelle humiliation de l'escrime française, l'élimination de ses fleurettistes dès le premier tour, face aux Américains.

Résultat: un zéro pointé au bilan final, comme en 1960 à Rome, jusque-là seul couac d'un sport qui à lui seul a apporté un sixième de l'ensemble des médailles olympiques françaises...

"En 2005, on se voyait tout beau. Depuis, ça ne fait que baisser, a commenté, amer, Erwann Le Pechoux, l'un des quatre battus du jour. C'est vrai que les autres nations montent, mais il y d'autres raisons. Ils ont des moyens qu'on n'a pas, un état d'esprit qu'on n'a pas".

Si le ciel était morose dimanche matin, cela n'a pas visiblement pas dérangé tout le monde, et notamment l'Ethiopienne Tiki Gelana. Nièce de Gezahegne Abera, champion olympique du marathon à Sydney, en 2000, elle a apporté une nouvelle médaille à la famille en s'imposant elle aussi sur le 42,195 km, face à Buckingham Palace.

Exceptées les deux médailles, la belle nouvelle bleue du jour est venue des "Braqueuses" de Céline Dumerc, toujours invaincues dans le tournoi féminin de basket-ball, et en 2012 d'ailleurs, après leur éclatante victoire 65 à 54 contre la Russie, championne d'Europe en titre.

Qualifiées depuis quatre jours déjà, après avoir notamment battu l'Australie, vice-championne olympique, les Bleues ont terminé en tête de leur poule. En quarts de finale, mardi, elles rencontreront la République tchèque ou la Croatie.

Rayon de soleil donc dans le ciel olympique bleu, et dans le ciel londonien, enfin dégagé dans l'après-midi, à l'approche des finales d'athlétisme.

Vers 21h25 (22h25 en France), ce sera d'abord à Mahiedine Mekhissi de jouer, sur le 3000 steeple, terrain de jeu habituellement réservé par les Kényans. Mais le Français avait décroché l'argent en 2008, à Pékin, à la surprise générale. Et il entend continuer à jouer les trouble-fête.

Puis il sera temps de regarder les grands fauves du 100 m, à 21h50 (22h50 en France), pour LE sommet des JO. Et le duel fratricide entre Jamaïcains, Usain Bolt d'un côté, Yohan Blake de l'autre, avec les Américains Tyson Gay et Justin Gatlin pour arbitres.

Jimmy Vicaut, le seul Français en lice dans cette épreuve, aurait bien voulu être invité à ce festin pour ramasser les miettes. Il a été éliminé en demi-finale.

ol/ep

PLUS:afp