NOUVELLES

JO-2012 - L'Italie résiste aux assauts asiatiques

05/08/2012 04:29 EDT | Actualisé 05/10/2012 05:12 EDT

L'Italie a résisté aux assauts de l'escrime asiatique, à l'image de sa victoire sur le Japon (45-39) en finale du fleuret par équipes messieurs, dimanche, permettant à l'escrime transalpine de finir en tête du classement des nations aux JO de Londres.

Avec 7 médailles dont 3 d'or, l'Italie devance d'une longueur la Corée du Sud (2 or, 1 argent, 3 bronze) qui a marqué les esprits dans la capitale anglaise en gagnant au moins une médaille dans chaque arme.

Faciles vainqueurs des Américains en demi-finales, les Italiens ont été poussé dans leurs derniers retranchements par des Japonais vifs et accrocheurs, avant de s'imposer grâce au final d'Andrea Baldini.

Ce titre a une saveur particulière pour Baldini qui avait été privé des JO-2008 à la suite d'un contrôle antidopage positif au furosémide lors des Championnats d'Europe 2008, un mois avant le rendez-vous de Pékin alors qu'il était N.1 mondial.

Mais également pour le grand Andrea Cassara (1,93 m) qui décrochait son deuxième titre olympique par équipes après celui de 2004 à Athènes. Et pour le fleuret transalpin en général après le doublé individuel-équipes réussi par les dames sous la houlette de Valentina Vezzali.

En dominant les Etats-Unis pour le bronze, l'Allemagne a obtenu sa deuxième médaille londonienne, après l'argent de Britta Heidemann à l'épée dames. Pas suffisant pour ôter le goût amer d'une défaite concédée (41-40 mort subite) face au Japon.

La Corée du Sud a fait un bond incroyable dans la hiérarchie olympique, passant d'une médaille d'argent à Pékin à un total de six dont deux titres, avec la Chine dans son sillage (3 médailles dont 2 d'or).

"La Corée du Sud a montré dans toutes les armes de grandes qualités athlétiques. Ce sera peut-être la direction à prendre", analysait le président de la Fédération allemande Gordon Rapp.

L'Asie n'a pas été le seul continent à venir troubler la domination de la Vieille Europe et confirmer l'internationalisation de l'escrime.

L'Egyptien Alaaeldin Abouelkassem a offert à son pays et au continent africain sa première médaille dans ce sport (argent du fleuret) tandis que le Vénézuélien Ruben Limardo Gascon a été sacrée champion olympique à l'épée.

A l'opposé, la France est tombée de très haut. Première nation en 2008 à Pékin grâce à la qualité du butin (2 or, 2 argent), l'école française est repartie bredouille de Londres, le deuxième zéro pointé de son histoire olympique après les JO de Rome en 1960.

sg/jr

PLUS:afp