NOUVELLES

Emirats: maintien en détention de suspects "liés à des groupes étrangers"

05/08/2012 11:31 EDT | Actualisé 05/10/2012 05:12 EDT

Un responsable du parquet des Emirats arabes unis a annoncé dimanche que se poursuivaient les interrogatoires des militants arrêtés pour complot contre la sûreté de l'Etat et ayant des liens présumés avec des "groupes étrangers suspects".

Cette déclaration intervient alors que les organisations de défense des droits de l'Homme multiplient les appels à la libération de militants arrêtés, pour la plupart des islamistes qui réclament, selon elles, des réformes au pays.

"Le parquet poursuit l'interrogatoire des membres d'un groupe arrêtés ces derniers jours et qui sont maintenus en détention", a déclaré l'avocat général au bureau du procureur général, Ali Salem al-Taniji, cité par l'agence officielle Wam.

"Les premiers éléments de l'enquête et les aveux des accusés ont confirmé des plans portant atteinte à la sûreté de l'Etat et montré que le groupe et ses membres sont liés à des organisations, partis et groupes étrangers suspects", a-t-il ajouté sans préciser le nombre de personnes détenues.

Selon Amnesty international, 50 personnes, pour la plupart des militants islamistes, ont été au total arrêtées aux Emirats depuis mars sans avoir été présentées devant la justice.

Mais l'avocat du procureur général a mis en garde contre "des rapports erronés et des rumeurs tendancieuses diffusés par certaines parties pour influencer le cours de l'enquête" dont les résultats, a-t-il dit, "seront rendus publics".

Le 15 juillet, les autorités avaient annoncé le démantèlement d'un groupe pour complot contre la sécurité de l'Etat, sans préciser le nombre de personnes arrêtées ou leur appartenance politique.

Les membres du groupe étaient soupçonnées d'"atteinte à la sécurité de l'Etat", "rejet de la Constitution et des principes fondateurs du pouvoir aux Emirats" et liens avec des organisations étrangères, selon le parquet.

Fin juillet, le chef de la police de Dubaï, Dhahi Khalfane, avait accusé les Frères musulmans de chercher à renverser les monarchies du Golfe et affirmé que les militants arrêtés pour complot avaient fait allégeance au guide de la confrérie.

Le général Khalfan a maintes fois accusé la confrérie, mouvement islamiste sunnite le plus influent du monde arabe, de comploter contre le Golfe.

bur/tm/sb

PLUS:afp