NOUVELLES

Andy Murray triomphe à Wimbledon et prive Roger Federer de l'or olympique

05/08/2012 09:25 EDT | Actualisé 05/10/2012 05:12 EDT

WIMBLEDON, Royaume-Uni - À défaut de remporter un tournoi du Grand Chelem dans ses terres, Andy Murray s'est décoré d'or olympique devant les siens, dimanche. Et avec beaucoup de panache!

Sur la même prestigieuse scène, celle du court central de Wimbledon, et face au même magistral rival, Roger Federer, qui lui avait fait subir une douloureuse défaite en grande finale il y a près d'un mois, Murray a signé le triomphe le plus significatif de sa carrière, l'emportant avec éclat, 6-2, 6-1, 6-4, en seulement 1 h 56.

«C'est la plus grande victoire de ma carrière. Je me sentais tellement confortable sur le court aujourd'hui. Je ne ressentais aucune nervosité sauf au début du match», a déclaré Murray peu de temps après sa victoire.

Impeccable dans toutes les phases de jeu, Murray a complètement dominé Federer à compter du milieu de la manche initiale. Il a notamment brisé le service du Suisse lors de quatre jeux consécutifs aux premier et deuxième sets, une séquence qui a pris fin lors du sixième jeu de la deuxième manche, alors que Murray menait déjà 5-0.

Et lorsque Murray a dû se défendre pour protéger son service, il l'a fait avec brio. Ce fut entre autres le cas lors du troisième jeu de la deuxième manche alors que l'Écossais a été confronté à six balles de bris, qu'il a toutes sauvées. Dans l'ensemble du match, Federer n'a converti aucune de ses neuf chances de bris, comparativement à cinq en dix opportunités pour Murray.

«Au début du match, il jouait très bien. Lorsque j'ai gagné la première manche et conservé mon service lors du troisième jeu, je me suis senti beaucoup mieux. Mais jamais je ne m'attendais à un tel score final.»

L'Écossais a mis fin au duel avec un as, son troisième du match. Après avoir reçu les félicitations de Federer au filet, Murray s'est rendu dans la loge où se trouvaient sa famille et ses proches et leur a fait une longue étreinte.

Après le match, Federer a rendu hommage à l'Écossais.

«Il a joué avec beaucoup d'aplomb. Il a été meilleur que moi. Mais je suis tout de même satisfait de l'argent. Ce fut un tournoi difficile du début à la fin, très émotif du premier point jusqu'à la demi-finale. J'étais peut-être un peu vidé psychologiquement vers la fin.»

Le triomphe de Murray empêche donc Federer de mettre la main sur la pièce manquante à son tableau de chasse, lui qui compte 17 victoires en Grand Chelem et au moins une lors de chacun des quatre tournois majeurs. Mais toujours pas l'or olympique tant convoité en simple, devant se contenter de l'argent. Il y a quatre ans, à Pékin, il avait par ailleurs glané l'or du double masculin en compagnie de Stanislas Wawrinka.

«C'est un bon feeling et je ne me sens pas comme un perdant. Je suis très fier d'avoir mérité l'argent. C'est le mieux que j'ai pu faire à ce tournoi et je suis très heureux», a répété Federer.

Murray, lui, n'avait encore jamais gagné la finale d'un duel 3 de 5, s'inclinant quatre fois en autant de tentatives, dont à trois reprises contre Federer. En l'espace de 48 heures, en fait, et devant un auditoire planétaire, il aura battu deux des trois meilleurs joueurs au monde, après sa victoire en deux manches identiques de 7-5, vendredi, contre le Serbe Novak Djokovic.

L'Écossais de 25 ans a cependant raté le doublé, lui et Laura Robson s'inclinant 2-6, 6-3, (10)-(8) en finale du double mixte face aux Bélarusses Victoria Azarenka et Max Mirnyi.

Plus tôt dimanche, Del Potro a remporté le bronze du simple masculin, défaisant Djokovic, 7-5, 6-4. Del Potro a ainsi procuré une première médaille à l'Argentine depuis le début des Jeux de Londres tout en privant le Serbe d'une deuxième médaille de bronze d'affilée.

Del Potro a travaillé d'arrache-pied sur le gazon du All England Club, et a même dû patienter pendant une interruption causée par la pluie. Après sa victoire, del Potro s'est effondré sur le terrain, les mains sur les yeux, et il a essuyé des larmes de joie.

Dans le double féminin, Serena et Venus Williams ont remporté l'or grâce à une victoire de 6-4, 6-4 contre les Tchèques Lucie Hradecka et Andrea Hlavackova, la même équipe qu'elles avaient battues en finale de Wimbledon.

Serena aura donc bouclé le doublé après son écrasante victoire contre Maria Sharapova samedi. Les sœurs Williams sont par ailleurs devenues les premières joueuses à remporter quatre titres olympiques chacune (trois en double, un en simple).

Le bronze est allé aux Russes Maria Kirilenko et Nadia Petrova, qui ont battu les Américaines Liesel Huber et Lisa Raymond, 4-6, 6-4, 6-1.

PLUS:pc