NOUVELLES

Afrique du Sud: la politique "entachée" de corruption (Robinson)

05/08/2012 11:58 EDT | Actualisé 05/10/2012 05:12 EDT

L'ancien Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme Mary Robinson a mis en garde dimanche l'ANC, le parti au pouvoir, contre la corruption, 50 ans après l'emprisonnement de Nelson Mandela.

Dans un discours à l'hôtel de ville du Cap, où Nelson Mandela avait tenu son premier discours d'homme libre en 1990, Mme Robinson a déclaré que les réalisations de l'African National Congress (ANC) étaient "remarquables".

"Malheureusement, mes amis en Afrique du Sud m'ont dit que l'autorité morale de l'ANC s'était érodée, entachée d'accusations de corruption; une trahison temporaire à son histoire", a-t-elle indiqué.

Mme Robinson s'est dite inquiète d'un projet de loi secret de l'ANC qui vise à museler les fauteurs de troubles et les journalistes d'investigation avec de lourdes peines de prison.

"Peut-être que ce n'est pas mon rôle de me prononcer sur le niveau de corruption en jeu actuellement en Afrique du Sud", a-t-elle déclaré lors de la 10e conférence annuelle sur Nelson Mandela.

"Mais, à partir de mon expérience en tant que défenseur des droits de l'homme, je peux vous donner une certitude: si vous promulguez une loi qui dissimule les agissements des hommes d'Etat, qui interfère avec la liberté de la presse pour enquêter sur la corruption (...) vous pouvez être certains que le niveau de corruption augmentera."

L'Afrique du Sud doit faire face à des niveaux élevés de pauvreté, "des inégalités choquantes" entre riches et pauvres et des taux de criminalité et de violence importants dans certains quartiers, où les élèves se jettent parfois au sol pour esquiver les coups de feux."

"Il est grand temps de s'occuper de tous ces problèmes structurels et des inégalités. Vous avez encore besoin de vous poser des questions qui dérangent", a dit Mme Robinson, qui est également une ancienne présidente de la République d'Irlande.

L'Afrique du Sud marque dimanche le cinquantième anniversaire de l'arrestation près de Durban de son héros Nelson Mandela, qui allait devenir le prisonnier politique le plus célèbre du monde en restant vingt-sept ans dans les geôles du régime de l'apartheid.

jg/jcm/efr/ej/sba

PLUS:afp