NOUVELLES

Syrie: le successeur d'Annan devra prôner un transfert du pouvoir (Qatar)

04/08/2012 10:30 EDT | Actualisé 04/10/2012 05:12 EDT

Les Etats arabes n'accepteront un nouvel émissaire international pour la Syrie que si sa mission consiste à assurer un transfert du pouvoir, a déclaré samedi le Premier ministre qatari Cheikh Hamad Ben Jassem Ben Jabr Al-Thani.

"Les nations arabes n'accepteront pas un nouvel émissaire qui ait le même mandat que celui qu'avait Annan", a déclaré Cheikh Hamad à la chaîne Al-Jazeera, en référence à Kofi Annan, l'émissaire international qui a démissionné jeudi après plus de cinq mois d'efforts pour un règlement du conflit en Syrie.

"Le seul mandat acceptable est de travailler sur un transfert du pouvoir pacifique en Syrie", a-t-il ajouté, dans des commentaires publiés par le site d'Al-Jazeera.

Cheikh Hamad, dont le pays est très critique envers le président syrien Bachar al-Assad, a dit avoir contacté le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et le chef de la Ligue arabe Nabil al-Arabi ainsi que M. Annan, pour les informer de sa position.

Tout nouvel émissaire doit suivre une nouvelle stratégie après l'échec du plan Annan, a-t-il encore dit.

M. Annan n'est pas parvenu à obtenir l'application de son plan de paix en six points, qui comprenait notamment un cessez-le-feu et un dialogue politique entre les deux parties.

L'Assemblée générale de l'ONU a adopté vendredi à une large majorité une résolution déplorant l'impuissance du Conseil de sécurité dans ce conflit, une critique implicite à l'égard de Moscou et Pékin qui y ont bloqué tous les projets de résolution condamnant le régime de Bachar al-Assad.

Depuis mars 2011, la Syrie est le théâtre d'une révolte qui s'est militarisée au fil des mois face à la répression implacable du régime.

Les violences ont fait plus de 21.000 morts en près de 17 mois, selon une ONG syrienne.

bur/lyn/vl/cco

PLUS:afp