NOUVELLES

Pétrole: Juba dit avoir accepté de payer à Khartoum 9,48 dollars par baril exporté

04/08/2012 08:41 EDT | Actualisé 04/10/2012 05:12 EDT

Le Soudan du Sud a déclaré samedi avoir accepté de payer 9,48 dollars pour chaque baril de pétrole exporté via le Soudan ainsi qu'un dédommagement forfaitaire de trois milliards de dollars, estimant que l'accord conclu avec Khartoum était "bon" pour le pays.

Le Soudan et le Soudan du Sud tentaient depuis un an de trouver un terrain d'entente sur les frais de passage dont Juba devait s'acquitter pour exporter son pétrole via les infrastructures soudanaises.

Ils ont bouclé un accord dans la nuit de vendredi à samedi dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, annoncé par le médiateur en chef pour l'Union africaine, l'ex-président sud-africain Thabo Mbeki.

Le taux de 9,48 dollars sera applicable pour les trois années et demie à venir, a précisé Juba dans un communiqué. Passé ce délai, un nouveau taux sera décidé, à moins que le Soudan du Sud, tout jeune pays sans accès à la mer, ne trouve une autre voie de sortie, par un autre pays, pour son brut.

"Si le Soudan du Sud souhaite transporter son pétrole via le Soudan -- ce qui est peu probable étant donné que son nouvel oléoduc sera opérationnel d'ici là -- les parties pourront négocier un taux plus bas, mais les frais ne peuvent pas monter," dit le communiqué.

Juba envisage des oléoducs qui passeraient par le Kenya ou Djibouti.

En plus de ces frais de passage, le Sud a aussi accepté de payer une somme forfaitaire de quelque trois milliards de dollars au Soudan, pour compenser les pertes de revenu liées à son accès à l'indépendance le 9 juillet 2011 : Juba, encore entièrement tributaire des oléoducs du Nord pour exporter, a hérité des trois quarts des ressources de brut du Soudan d'avant la partition.

Le différend pétrolier entre les deux Soudans avait dégénéré en janvier, quand le Sud avait décidé de stopper sa production, furieux que le Nord se paie en nature en prélevant une partie du brut qui passait sur son territoire en attendant qu'un accord sur les frais de transit soit trouvé.

M. Mbeki a aussi annoncé la reprise de cette production, suivant un calendrier qui reste à déterminer.

"Le Soudan du Sud va enfin pouvoir concentrer son attention et dédier toutes ses ressources à mettre en place notre Etat et construire le Soudan du Sud," se félicite encore Juba.

jv-aud/

PLUS:afp