NOUVELLES

Le duo Boudreau-Gagnon et Marcotte dictera le ton en nage synchro dimanche

04/08/2012 10:20 EDT | Actualisé 04/10/2012 05:12 EDT

LONDRES - On a beaucoup parlé du programme libre révolutionnaire que présentera le Canada en nage synchronisée dans l'épreuve par équipes aux Jeux de Londres. Mais ça, ça viendra plus tard. D'ici là, Marie-Pier Boudreau-Gagnon et Élise Marcotte auront l'occasion de donner le ton lors de l'épreuve en duo, qui commence dimanche.

Boudreau-Gagnon et Marcotte font équipe depuis 2011 et elles ont remporté l'or aux Jeux panaméricains à Guadalajara, au Mexique, l'an dernier. Elles tenteront de permettre au Canada d'accéder à un podium olympique en duo pour la première fois depuis les Jeux de Barcelone en 1992. Les soeurs Penny et Vicky Villagos avaient alors décroché l'argent.

Boudreau-Gagnon en est à ses deuxièmes Jeux olympiques. Avec sa partenaire de l'époque, Isabelle Rampling, elle avait terminé au sixième rang des JO de Pékin en 2008.

Depuis, Julie Sauvé et les autres entraîneuses de Synchro Canada ont travaillé d'arrache-pied afin de préparer une stratégie qui leur permettra d'entreprendre une remontée au sein de la hiérarchie mondiale de la nage synchronisée. Sachant fort bien que les juges sont réticents à chambouler l'ordre établi, elles ont décidé d'y aller avec un beau risque. Celui d'innover, de repousser les limites de ce sport.

On a lancé une première salve, après les JO de Pékin, avec le programme Metallica en duo. Le recours à une musique rock pesante et saccadée était risqué, mais le pari a rapporté. Et ç'a permis de constater qu'une porte s'était bel et bien ouverte: oui, les juges sont prêts à récompenser l'innovation quand c'est bien fait.

«Je dirais qu'il y a eu un vent nouveau après les championnats du monde de 2009, a indiqué Boudreau-Gagnon lors d'un récent entretien avec La Presse Canadienne. On a alors réussi à aller chercher deux médailles, et ç'a fait toute la différence. Depuis ce temps-là, on n'arrête pas d'aller chercher des médailles dans les grands événements. Ç'a vraiment donné un élan de confiance à notre équipe à l'approche des Jeux olympiques.»

Les quatre nouveaux programmes conçus en vue des JO de Londres, gardés secrets et révélés publiquement pour la toute première fois cette semaine au Centre aquatique du parc olympique londonien, se veulent le prolongement de ce beau risque entrepris après Pékin.

Mais innover sur quatre plans, soit en équipe et en duo tant dans la routine technique que libre, ne s'est pas fait sans effort.

«Les séances d'entraînement ont été prolongées de deux heures par jour, a expliqué Sauvé. Quand c'était Metallica, on s'entraînait six heures par jour. Et maintenant, depuis le début de l'année olympique, c'est huit heures par jour.

«La nage synchronisée est probablement un des sports les plus exigeants, a par ailleurs avancé Sauvé. Les filles font de l'acrobatie, de la gymnastique, du ballet, de la musculation, de la natation de vitesse, du trampoline, en plus du temps passé à nager (sur place) dans l'eau. Ça représente 48 heures d'entraînement par jour — et c'est vraiment de l'entraînement, d'un seul bloc.»

Si Boudreau-Gagnon et Marcotte font bien leur travail, elles prépareront la table en vue de l'épreuve par équipes qui suivra jeudi et vendredi. Car si elles décrochent une médaille à l'issue de la finale, mardi, le message sera lancé: l'équipe composée de huit Canadiennes est digne d'un podium elle aussi.

«Je pense qu'on a été honnête avec tout le monde en disant qu'on est dans la course pour obtenir une médaille. Si vous demandez à n'importe quel juge international, il va répondre la même chose. Le Canada fait partie des quatre pays les plus forts qui vont se battre pour une médaille, a dit Boudreau-Gagnon, en parlant de l'ensemble des épreuves de synchro aux JO. On va se battre jusqu'à la dernière minute. On a créé quatre excellents programmes, et on va les nager au meilleur de nos capacités.»

Les nageuses de Sauvé ne cessent de répéter que l'esprit d'équipe est sans pareil au sein de l'équipe canadienne de synchro. La preuve, cest la présence de Chloé Isaac à Londres.

Membre du duo mené par Boudreau-Gagnon qui a remporté l'or aux Jeux du Commonwealth de 2010 à New Delhi, Isaac a depuis été délogée par Marcotte. Celle-ci agissait comme substitut en Inde. Isaac a accepté son sort avec grâce, et elle a trouvé sa place au sein des huit nageuses qui disputeront l'épreuve par équipes.

Même si elle aura sans doute un petit pincement au coeur lorsque se déroulera l'épreuve en duo de dimanche à mardi, Isaac cherche avant tout à savourer les Jeux dans leur ensemble, et le fait qu'elle est quand même à Londres à titre de membre de l'équipe.

«Moi, je profite de mes Jeux, et je suis vraiment très contente de faire partie de l'équipe à part entière», a affirmé la nageuse de 21 ans.

«Juste le fait d'être aux Jeux olympiques, c'est vraiment magnifique pour moi, a-t-elle ajouté. Marie-Pier et Élise composent le duo et je suis contente pour elles. Elles ont eu une belle préparation et elles le méritent amplement. Elles forment un très beau duo, ce sont de très bonnes amies, et je leur souhaite le meilleur résultat possible.»

PLUS:pc