NOUVELLES

En exil forcé au Chili, Maxim partage sa vie entre prison et foot pro

04/08/2012 06:48 EDT | Actualisé 04/10/2012 05:12 EDT

"Le football m'a sauvé la vie", confie Maxim Molokoedov, un jeune Russe condamné à trois ans de prison au Chili pour trafic de drogue en 2010, puis engagé comme joueur professionnel par le Santiago Morning, un club de deuxième division.

Sur les terrains d'entraînement du club, ses cheveux blonds et son 1,80 m ne passent pas inaperçus, et ses partenaires l'appellent "le Russe".

Après la séance, il repartira comme chaque jour avec un policier vers sa prison de la capitale.

"Le football m'a sauvé la vie. J'ai emprunté un mauvais chemin, cela s'est mal passé, mais aujourd'hui j'ai une opportunité pour gagner ma vie, rien de plus", explique à l'AFP Maxim, qui a appris l'espagnol dans la prison "ex Penitenciaria" de Santiago, une des plus grandes du pays, plus de 5.000 détenus.

"Je souhaite être un exemple pour tout le monde", ajoute ce jeune homme de 24 ans né à Saint-Petersbourg.

En 2010, il a été interpellé à l'aéroport de Santiago en possession de six kilos de cocaïne dissimulés dans des livres pour enfants, alors qu'il tentait d'embarquer pour l'Europe. Aujourd'hui, il refuse d'évoquer cet épisode, depuis lequel sa famille lui tourne le dos.

"Je n'ai pas parlé à ma mère depuis plusieurs mois, je voudrais juste lui dire qu'elle me manque, que je l'aime, et que nous pourrons bientôt parler de nouveau", explique-t-il, la voix tremblante.

Le Santiago Morning lui a fait signer un contrat de six mois après être parvenu à obtenir une autorisation lui permettant de sortir pour les entraînements matinaux, à condition de regagner sa cellule avant 15h00, une première dans le pays.

"Maxim a été le premier à bénéficier d'un programme de réinsertion de la Gendarmerie du Chili. Etant donné son bon niveau footballistique et son passé de joueur de deuxième division russe, nous avons discuté avec le Santiago Morning pour qu'ils le fassent jouer", explique à l'AFP Flavio Huenupi, responsable des sports de la prison.

Maxim avait même tapé dans l'oeil du sélectionneur argentin de l'équipe nationale chilienne, Claudio Borghi, lors d'un match entre prisonniers en 2011: il avait alors suggéré qu'il était dommage de se priver d'un tel talent dans le championnat national.

"J'était au courant (...) de ce qu'on disait sur Maxim, je l'ai donc testé. Après deux entraînements je me suis rendu compte que rien de ce qu'on disait n'était faux, et j'ai donc décidé de l'incorporer" dans l'équipe, raconte à l'AFP l'entraîneur de Santiago Morning, Hernan Ibarra.

Le jeune Russe a refusé de purger sa peine dans son pays afin de poursuivre sa carrière au Santiago Morning, pour lequel il a déjà marqué deux buts lors d'un match d'entraînement contre Palestino, un club de première division.

Il joue au poste de milieu de terrain, où sa vitesse et sa capacité à se démarquer font merveille, explique Ibarra, selon qui il lui reste simplement à gagner "le respect et l'affection de ses coéquipiers".

Dans quelques jours, il disputera son premier match officiel en Coupe du Chili contre les Santiago Wanderers (1ère division).

Maxim, lui, se veut confiant: "Je me sens bien, on me soutient et on me dit de ne pas m'en faire (...) Si Dieu le veut je marquerai un but contre les Wanderers".

msa/pa/jco/ag/gv

PLUS:afp