NOUVELLES

USA: les créations d'emplois repartent, une bonne nouvelle pour Obama

03/08/2012 02:39 EDT | Actualisé 03/10/2012 05:12 EDT

L'annonce vendredi d'une hausse des créations d'emplois aux Etats-Unis constitue une bonne nouvelle pour Barack Obama et prive au moins temporairement son adversaire républicain Mitt Romney d'un angle d'attaque à quelques mois de la présidentielle de novembre.

Le ministère américain du Travail a dénombré 163.000 créations d'emplois en juillet, un très bon chiffre alors que les experts n'en attendaient que 100.000. Le taux de chômage a toutefois légèrement augmenté, à 8,3% de la population active, contre 8,2% le mois précédent.

Vraisemblablement, ces chiffres ne devraient pas permettre dans l'immédiat à Mitt Romney d'infléchir le cours d'une campagne électorale où le président démocrate sortant dispose d'une légère avance, même si le redressement de l'économie américaine est particulièrement lent.

"Nous savions quand j'ai commencé ce travail que cela prendrait du temps. Nous n'avons pas eu à nous remettre d'une crise d'une telle ampleur et aussi douloureuse depuis les années 1930", a déclaré Barack Obama en réaction à ces chiffres.

Le nombre de créations d'emplois avait régulièrement baissé depuis le mois de janvier, passant de 275.000 en début d'année à seulement 64.000 le mois dernier. M. Obama avait donc plus que jamais besoin d'une bonne nouvelle de ce côté.

Toutefois, pour Dante Scala, professeur de sciences politiques à l'Université du New Hampshire (nord-est), "cela n'empêchera pas Romney d'argumenter, parce que le taux de chômage est toujours au-dessus des 8%, cela reste le point central".

"Mais l'économie avance progressivement dans une direction positive, et tant que ce sera le cas, Obama aura des chances de l'emporter", a-t-il ajouté. "En ce sens, les chiffres du jour sont une bonne nouvelle pour lui, ils laissent les élections dans une +zone grise+ où la qualité de la campagne primera".

Des chiffres de l'emploi plus mauvais auraient largement bénéficié à Mitt Romney, qui doit annoncer prochainement le nom de son colistier, alors qu'il est en ce moment à égalité ou juste derrière M. Obama dans la plupart des sondages.

Le candidat républicain n'en a pas moins critiqué vigoureusement son adversaire, affirmant que le bilan économique du président sortant était le pire de l'histoire du pays.

"Nous avons à présent vécu 42 mois consécutifs avec un taux de chômage supérieur à 8%. La classe moyenne américaine mérite mieux", a lancé M. Romney.

Cependant les chiffres du jour donnent des arguments à la Maison Blanche, qui peut montrer que malgré les temps difficiles, l'économie est dans un élan positif à trois mois du scrutin du 6 novembre.

"Ces résultats sont la preuve que l'économie américaine continue son redressement après avoir traversé la pire période depuis la Grande Dépression", note Alan Krueger, spécialiste du chômage et président du Conseil économique national.

Et à moins de cent jours des élections, tout ce qui ne nuit pas franchement à Barack Obama est un argument de moins pour Mitt Romney dans sa course à la Maison Blanche.

A ce titre, le président sortant va pouvoir, pendant au moins un mois encore, affirmer que l'économie va dans le bon sens, même si les temps sont durs.

Les récents sondages ont montré que les Américains étaient pessimistes quant à l'état de leur économie et qu'ils n'avaient guère confiance dans la politique de relance du président. Mais M. Romney cherche toujours un argument de plus qui lui donnerait un avantage significatif sur son adversaire.

col/bdx/sam

PLUS:afp