NOUVELLES

USA: l'armée évalue l'action de sa justice dans les crimes contre les civils

03/08/2012 12:43 EDT | Actualisé 03/10/2012 05:12 EDT

Le Pentagone va évaluer le fonctionnement de la justice militaire dans les affaires impliquant des militaires américains soupçonnés de crimes et violences contre des civils en Irak et en Afghanistan depuis 2001, a annoncé vendredi son responsable juridique, Jeh Johnson.

Le but de cette commission de juristes et de militaires "n'est pas de se pencher sur une affaire en particulier et de dire si le dénouement a été mauvais, la condamnation sévère ou légère", a assuré M. Johnson à des journalistes.

"Il s'agit d'un effort visant à continuer de nous demander s'il y a des moyens d'améliorer la justice militaire et de nous engager dans une analyse critique", a-t-il plaidé.

Dans un mémorandum instaurant cette commission, le secrétaire à la Défense Leon Panetta justifie ce travail par le besoin pour le système de justice militaire américain de demeurer "équitable, crédible et sûr".

"Les abus ont été rares au sein de notre armée professionnelle, mais ils ont engendré des situations explosives qui ont menacé de saper notre mission même et notre relation avec le gouvernement hôte et sa population", plaide le patron du Pentagone.

Du massacre d'Haditha, au cours duquel 24 civils avaient été tués en novembre 2005 en Irak et sept des huit soldats américains impliqués blanchis par une cour martiale, au meurtre de 17 villageois afghans par le sergent Robert Bales en mars, les cas de crimes contre les civils ont eu un important retentissement en dix ans de guerres dans ces deux pays.

La commission devra notamment évaluer de quelle façon les crimes et violences ont été rapportés et de quelle façon l'enquête a été menée afin d'améliorer éventuellement les procédures et les ressources accordées aux enquêteurs.

Elle ne se penchera en revanche pas sur les cas de mauvais traitements des prisonniers ni sur les morts de civils dues à des "tirs amis".

mra/mdm

PLUS:afp