NOUVELLES

Syrie: pour Moscou, la résolution de l'Assemblée de l'ONU aide l'opposition

03/08/2012 04:25 EDT | Actualisé 03/10/2012 05:12 EDT

L'ambassadeur russe à l'ONU Vitali Tchourkine a affirmé que la résolution adoptée par l'Assemblée générale des Nations unies vendredi apportait un "soutien flagrant à l'opposition armée syrienne" sous un prétexte humanitaire.

"Derrière la façade de la rhétorique humanitaire se cache un soutien flagrant à l'opposition armée syrienne" de la part de pays "qui arment et financent" cette opposition et lui fournissent des "mercenaires", a-t-il affirmé.

"Ce n'est pas une coïncidence si ce sont ces pays qui sont les promoteurs les plus actifs de cette résolution", a-t-il lancé, dans une allusion implicite aux pays du Golfe, et en particulier à l'Arabie saoudite.

M. Tchourkine a rejeté l'idée que le Conseil de sécurité soit paralysé par un blocage de la Russie et de la Chine, affirmant qu'il "parvenait au consensus quand il discutait de décisions politiquement éprouvées et équilibrées".

La résolution "réduit les chances de parvenir à un processus de réglement politique" mené par les Syriens eux-mêmes et "exarcerbe la confrontation" dans le pays, a-t-il conclu.

Cette résolution n'a pas de "grand sens pratique" et n'est qu'une "tentative de plus de faire une pression politique et propagandiste sur la Syrie", avait auparavant déclaré M. Tchourkine à des médias russes.

La Chine, qui a elle aussi voté contre ce texte, estime "qu'exercer des pressions sur un seul camp ne peut pas aider à résoudre" le conflit, selon son représentant permanent adjoint Wang Min.

"Au contraire, cela va entraver le règlement politique de la crise, provoquer une escalade et entraîner d'autres pays de la région" dans cette crise, a-t-il ajouté.

Le texte adopté vendredi à une large majorité par l'Assemblée dénonce le pilonnage des villes rebelles par l'armée syrienne et critique l'impuissance du Conseil de sécurité à faire pression sur Damas.

avz/lor

PLUS:afp