LA PRAIRIE, Qc - Un gouvernement du Parti québécois mettra la main sur une part non négligeable des profits des compagnies minières, a promis vendredi la chef péquiste Pauline Marois.

En campagne à La Prairie, sur la Rive Sud de Montréal, Mme Marois a fait valser les millions de dollars en présentant les grandes lignes du régime minier qu'elle entend mettre en place si elle est portée au pouvoir au scrutin du 4 septembre.

«Le régime libéral a fait le choix de vendre nos ressources au rabais, nous avons fait le choix contraire. Nous voulons que nos ressources minières rapportent le maximum de richesse aux Québécois», a dit la leader souverainiste, entourée de son équipe de candidats «économiques».

Une fois élu, un gouvernement péquiste imposerait une redevance minimale obligatoire de 5 pour cent sur la valeur brute de production des minières. Les plus profitables d'entre elles _ la chef péquiste a fixé la barre à 8 pour cent _ devraient aussi acquitter une surtaxe de 30 pour cent.

Grâce à ces mesures, l'État québécois engrangera des centaines de millions de dollars de plus qu'avec le régime actuel adopté par l'administration, a-t-elle fait valoir.

«Même avec le nouveau régime minier mis en place par le gouvernement actuel, 10 minières sur 19 n'ont rien payé en 2010. Avec la redevance minimale, plus jamais aucune minière ne pourra exploiter nos ressources sans rien payer», a expliqué la chef du PQ.

Pour 2011, la redevance obligatoire de 5 pour cent aurait rapporté à elle seule 388 millions $ de plus dans les coffres de l'État, a soutenu de son côté le député sortant et candidat dans la circonscription de Rousseau, Nicolas Marceau.

En ajoutant un impôt spécial de 30 pour cent sur la tranche des profits qui excède un rendement supérieur à 8 pour cent, les redevances sur la durée de vie d'une mine d'or bondiraient de 88 millions $ à 605 millions $, a-t-il illustré.

Bien entendu, le Parti québécois s'attend à ce que les compagnies minières réagissent fortement, en se rebiffant et en menaçant de déménager leurs pénates.

Or, «les ressources sont enfouies dans le sol du Québec (et) les compagnies qui veulent les extraire ne peuvent pas menacer d'aller ailleurs», a soulevé M. Marceau.

«C'est du chantage et on a vu ailleurs des entreprises qui ont voulu agir comme ça mais qui ne sont pas parties quand des États ont imposé de règles différentes», a renchéri Mme Marois, faisant allusion aux nouvelles conditions fixées par Terre-Neuve-et-Labrador.

Au jour 3 de la campagne électorale, la leader du PQ a lancé quelques flèches à l'endroit du chef de la Coalition avenir Québec, François Legault.

À son avis, l'ancien ministre péquiste n'est pas prêt à gouverner le Québec.

La démission de l'agent officiel de la CAQ, Marc Deschamps, illustre «l'improvisation» qui caractérise la formation de M. Legault, a soutenu Mme Marois, à Sorel-Tracy.

Mis en cause dans une enquête sur un scandale financier en janvier dernier, M. Deschamps a choisi de tirer sa révérence pour ne pas devenir une source d'embarras pour son chef qui mène une campagne axée sur la lutte à la corruption.

Pour Mme Marois, cet épisode s'ajoute «à la multitude d'erreurs» commises par la CAQ depuis sa création l'automne dernier, avec le cafouillage de la liste des donateurs et le rejet de candidats indésirables.

Reste que la candidature possible de l'ancien dirigeant de l'Unité anticollusion Jacques Duchesneau au sein de la CAQ a créé une commotion certaine au PQ qui s'affiche comme le parti de l'éthique et de la lutte à la corruption.

Mme Marois a dit être «un peu étonnée» par le saut en politique de l'ex-chef de police de Montréal mais a refusé d'y voir une menace pour son parti.

«S'il y a des gens qui sont inquiets, c'est au Parti libéral», a-t-elle argué.

La chef péquiste a visité la circonscription de Richelieu, ancien fief de Sylvain Simard, pour rappeler son engagement de créer la «Banque de développement économique du Québec».

Ce «guichet unique», voué au développement régional, regrouperait les services déjà offerts par Investissement Québec et le ministère du Développement économique. Il offrirait du capital de risque, du «capital patient», des garanties de prêts et des prêts directs aux PME en démarrage.

Pour bonifier l'offre de service de cette nouvelle société d'État, un gouvernement dirigé par le PQ entamerait des négociations avec Ottawa pour rapatrier les 400 millions $ de fonds régionaux de la Banque de développement du Canada (BDC) dédiés au Québec, a indiqué Mme Marois.

En soirée, devant quelques centaines de militants, la chef péquiste a assisté à l'investiture de l'ex-journaliste de Radio-Canada, Pierre Duchesne, candidat dans la circonscription de Borduas sur la Rive-Sud de Montréal.

M. Duchesne, qui a quitté ses fonctions de journaliste parlementaire en juin dernier, a livré une charge en règle contre le gouvernement libéral, «un régime rongé par la corruption et le mépris», a-t-il lancé pendant son allocution.

Loading Slideshow...
  • Pauline Marois et sa candidate Djemila Benhabib, victime de racisme de la part du maire de Saguenay Jean Tremblay

  • Jean Charest présente des engagements envers les jeunes

  • Jean Charest à la rencontre de futurs électeurs

  • Jean Charest pendant le congrès des Jeunes libéraux

  • Pauline Marois prend une petite fille dans ses bras

  • Pauline Marois a fait allusion au poids du candidat caquiste Gaétan Barrette

  • François Legault prononce un discours

  • François Legault visite une entreprise de tomates biologiques

  • Jean Charest présente ses engagements pour les enfants fréquentant l'école primaire

  • Jean Charest visite un établissement industriel

  • François Legault dans une épicerie

  • François Legault répond aux questions des journalistes

  • Pauline Marois, bébé dans les bras

  • Pauline Marois promet l'intégrité dans son équipe à la suite d'un discours

  • Manon Massé, la députée de Québec solidaire qui fait bien jaser

  • Jacques Duchesneau est présenté comme nouveau candidat

  • Legault tout sourire: Jacques Duchesneau serait candidat pour la CAQ.

  • Gaétan Bolduc... heu, Barrette.

  • Jean Charest et son candidat Alain Paquet

  • Jean Charest auprès de futurs électeurs

  • Jean Charest à Saint-Hyacinthe

  • Pauline Marois prononce un discours

  • Pauline Marois se rend au marché Atwater

  • ...et prend le métro avec Léo.

  • Le député indépendantiste Pierre Curzi prête main-forte à Jean-Martin Aussant

  • Le chef d'Option nationale auprès de ses partisans

  • Léo Bureau-Blouin et Pauline Marois annoncent les promesses du PQ en matière d'éducation

  • Jean Charest en entrevue à Radio X, à Québec

  • François Legault avec la candidate Sylvie Roy et Maude Cohen

  • François Legault avec la candidate Sylvie Roy et Maude Cohen

  • Amir Khadir et François David le jour du déclenchement des élections

  • Jean Charest annonce le déclenchement des élections


Loading Slideshow...
  • Jean Charest - Parti libéral du Québec

    Né à Sherbrooke le 24 juin 1958 Marié, père de trois enfants Formation en droit. Admis au Barreau du Québec en 1981. Avant d'entrer en politique: pratique le droit à Sherbrooke Entrée en politique: en 1984, candidat pour le Parti progressiste-conservateur du Canada dans Sherbrooke. Élu député fédéral lors des élections générales à l'âge de 26 ans. <strong>Carrière politique: </strong> Au fédéral, il est nommé ministre d'État à la Jeunesse en 1986 à l'âge de 28 ans. Devient le plus jeune membre d'un cabinet fédéral. Il est ensuite ministre d'État à la Condition physique et au Sport amateur, leader adjoint du gouvernement, président du Comité parlementaire spécial pour le projet de résolution d'accompagnement à l'Accord du lac Meech, ministre de l'Environnement, ministre de l'Industrie et des Sciences, vice-premier ministre, candidat au leadership du Parti progressiste-conservateur du Canada en 1993, chef du Parti progressiste-conservateur, vice-président du Comité national des Québécois pour le Non pendant la campagne référendaire au Québec en 1995. Au plan provincial: il devient chef du Parti libéral du Québec en avril 1998 et chef de l'opposition officielle en décembre de la même année, il est assermenté comme premier ministre du Québec le 29 avril 2003, de nouveau le 18 avril 2007 et le 18 décembre 2008.

  • Pauline Marois - Parti québécois

    Née à Québec le 29 mars 1949 Mariée et mère de quatre enfants <strong>Formation</strong>: baccalauréat en service social, Université Laval et maîtrise en administration des affaires (MBA) aux HEC, Université de Montréal Avant d'entrer en politique: consultante budgétaire, responsable du service animation, coordonnatrice du cours en assistance sociale, directrice générale d'un CLSC, attachée de presse, consultante, directrice de cabinet, professeur à l'Université du Québec à Hull <strong>Carrière politique</strong>: députée de La Peltrie de 1981 à 1985, puis députée de Taillon de 1989 à 2006, puis députée de Charlevoix depuis 2007. Elle a été ministre d'État à la Condition féminine, de la Main-d'oeuvre et de la Sécurité du revenu, présidente du Conseil du trésor, ministre des Finances et ministre du Revenu, ministre responsable de la Famille, ministre de l'Éducation, ministre de la Famille et de l'Enfance, ministre d'État à la Santé et aux Services sociaux, ministre de la Recherche, de la Science et de la Technologie, ministre d'État à l'Économie et aux Finances, ministre de l'Industrie et du Commerce, vice-première ministre.

  • François Legault - Coalition avenir Québec

    Né à Sainte-Anne-de-Bellevue le 26 mai 1957 Marié, père de deux enfants <strong>Formation</strong>: baccalauréat en administration des affaires (comptabilité publique), MBA en finances des HECAvant la politique: directeur du marketing chez Québécair, cofondateur d'Air Transat en 1986, en devient le pdg jusqu'en 1997. Administrateur de sociétés comme Provigo, Culinar, Sico. Fellow de l'Ordre des comptables agréés du Québec. <strong>En politique</strong>: élu député péquiste de Rousseau en novembre 1998. Réélu en 2003, 2007 et 2008. Ministre de l'Industrie, du Commerce, de la Science et de la Technologie, ministre d'État à l'Éducation et aux Jeunes, ministre de l'Éducation, ministre d'État à l'Éducation et l'Emploi, ministre d'État à la Santé et aux Services sociaux. En 2011, il fonde un nouveau parti, la Coalition avenir Québec.

  • Françoise David - Québec solidaire

    Née à Montréal en 1948 <strong>Formation</strong>: baccalauréat en service social (organisation communautaire) de l'Université de MontréalAvant la politique: travaille en service social dans le quartier centre-sud de Montréal, coordonnatrice du Regroupement des centres de femmes, présidente de la Fédération des femmes du Québec. Elle organise notamment la Marche des femmes contre la pauvreté «Du pain et des roses» et la Marche mondiale des femmes contre la pauvreté et la violence en 2000. <strong>En politique</strong>: porte-parole du mouvement Option citoyenne, puis porte-parole de Québec solidaire lors de sa création en 2006. Candidate pour Québec solidaire en 2007 et 2008 dans Gouin où elle termine deuxième.

  • Amir Khadir - Québec solidaire

    Né le 12 juin 1961 à Téhéran, en Iran. Immigre au Québec à l'âge de 10 ans. Marié et père de trois filles. <strong>Formation</strong>: baccalauréat en physique Université de Montréal, maîtrise en physique Université McGill, doctorat en médecine Université Laval, spécialité en microbiologie-infectiologie Université de MontréalCarrière avant la politique: médecin microbiologiste-infectiologue au Centre hospitalier Pierre-Le-Gardeur à Lachenaie. A fait partie de la Coalition des médecins pour la justice sociale, a fait des missions pour Médecins du monde en Irak, en Afghanistan et en Palestine. A présidé le conseil d'administration du SUCO. <strong>Carrière politique</strong>: candidat du Bloc québécois dans Outremont en 2000, candidat de l'Union des forces progressistes dans Mercier en 2003, premier député élu de Québec solidaire dans Mercier en 2008

  • Jean-Martin Aussant - Option nationale

    Né à Sorel-Tracy le 1er juin 1970 <strong>Formation</strong>: baccalauréat en administration des affaires et études en actuariat, Université Laval; maîtrise en sciences économiques, Université de Montréal; études au doctorat en analyse économique, Université Autonoma de Barcelone, Espagne. Avant d'entrer en politique: agent de recherche au CIRANO, vice-président Morgan Stanley Capital International, gestionnaire de portefeuille principal, Investissements PSP. <strong>Carrière politique</strong>: élu député de Nicolet-Yamaska aux élections générales du 8 décembre 2008 sous la bannière du Parti québécois. Porte-parole de l'opposition officielle pour les dossiers de développement économique, institutions financières, commerce international. Il quitte le Parti québécois en juin 2011, siège comme indépendant, puis annonce la création d'Option nationale.

  • Répartition des 125 sièges à la dissolution de l'Assemblée nationale

    Parti libéral du Québec (forme le gouvernement): 64 députés Parti québécois (forme l'opposition officielle): 47 députés Coalition avenir Québec: 9 députés Option nationale: 1 député Québec solidaire: 1 député Indépendants: 2 députés Circonscriptions vacantes: 1 (Bourassa-Sauvé) <strong>Résultats du scrutin du 8 décembre 2008</strong> Parti libéral du Québec: 1 366 046 votes (42,08 %) Parti québécois: 1 141 751 votes (35,17 %) Action démocratique/Équipe Mario Dumont: 531 358 votes (16,37 %) Québec solidaire: 122 618 votes (3,78 %) Taux de participation: 57,43 % ou 3 295 914 votes Bulletins valides: 3 246 333 ou 98,5 %


Loading Slideshow...
  • Une affiche électorale bien placée!

  • Reservoir Dogs, version libérale

  • Un air de ressemblance avec la famille Slomeau?

  • On sourit!

  • L'économie d'abord ou... quoi?

  • Sarko se marre, Charest se barre.

  • OK, on joue. Suis-je un animal? Un objet? Est-ce que j'ai les cheveux frisés?

  • Oh, là, je t'ai cassé!

  • Un p'tit banc, peut-être?

  • Gaz de schiste: Wo!

  • Une oeuvre contemporaine... mal placée

  • Le retour de BiBi

  • Peace.

  • Attention, elle va tomber sur le micro...

  • C'est ce qu'on appelle avoir les deux yeux dans la graisse de bine

  • Père Noël, pouvez-vous devancer mon cadeau cette année?

  • Pas sûre que je veux y toucher...

  • Oh, le beau chapeau!

  • Mais où avais-je la tête? Ah oui! Entre deux jongleurs!

  • Pauline est contente

  • Un supporter... un peu trop affectueux

  • Un jeune qui ne pense qu'à la "belle vie"

  • Ce n'est pas le salut que vous croyez

  • Passionnant, passionnant...

  • Eh boy, des élections? Pas déjà!

  • Le gars à côté, il fait des niaiseries gros comme ça!


Loading Slideshow...
  • Michelle Courchesne

    Députée de Fabre, PLQ

  • Guillaume Tremblay

    Député de Masson, PQ

  • Monique Gagnon-Tremblay

    Députée de Saint-François, PLQ

  • Norm MacMillan

    Député de Papineau, PLQ

  • Yvon Vallières

    Député de Richmond, PLQ

  • Vincent Auclair

    Député de Vimont, PLQ

  • Daniel Bernard

    Député de Rouyn-Noranda, PLQ

  • Sylvain Simard

    Député de Richelieu, PQ

  • Louise Beaudoin

    Députée de Rosemont, PQ

  • Lisette Lapointe

    Députée de Crémazie, Indépendante

  • Pierre Curzi

    Député de Borduas, Indépendant