NOUVELLES

Nigeria: un dignitaire religieux musulman échappe à une attaque (habitants)

03/08/2012 10:23 EDT | Actualisé 03/10/2012 05:12 EDT

Le plus haut dignitaire religieux musulman de l'Etat de Yobe, dans le nord-est du Nigeria, l'émir Muhammad Abali, a échappé vendredi à une tentative d'attaque par un kamikaze dans la localité de Potiskum, située dans cet Etat, ont indiqué des habitants.

Le kamikaze est mort dans l'explosion de sa bombe, qui a également blessé plusieurs personnes, selon les mêmes sources.

La tentative d'attaque est survenue alors que l'émir Muhammad Abali, dont le titre officiel est émir de Fika, quittait la principale mosquée de la ville après les prières du vendredi.

"Un homme qui doit avoir une quarantaine d'années (...) s'est approché de l'émir et a essayé de l'enlacer mais des gens l'ont repoussé et alors une bombe cachée sous son caftan a explosé", a raconté un témoin.

Un officier de police a confirmé qu'une tentative d'attentat-suicide avait visé l'émir sans être en mesure de donner davantage de précisions.

Parmi les personnes blessées par l'explosion de la bombe, figurent le garde du corps de l'émir, un employé de la mosquée et une infirmière, a précisé le témoin.

L'attaque n'a pas été revendiquée dans l'immédiat.

Potiskum a été frappée durement dans le passé par des violences attribuées au groupe islamiste Boko Haram.

Boko Haram accuse les hauts responsables musulmans d'être trop proches de l'élite corrompue du Nigeria.

"Mon frère et moi étions en train de quitter la mosquée par une autre issue quand j'ai entendu une explosion suivie par une bousculade alors que les fidèles essayaient de fuir", a raconté un autre habitant.

"J'ai fui la mosquée, mais quelques minutes plus tard, quand la nouvelle de ce qui s'était passé s'est répandue, je suis retourné à la mosquée et j'ai vu une vaste foule en train de regarder le corps démembré de l'assaillant", a-t-il ajouté.

Il y a trois semaines, un kamikaze avait tenté d'assassiner à Maiduguri le sultan de l'Etat de Borno (nord-est), où est basé Boko Haram, Umar Garbai el-Kanemi, près de sa mosquées à l'issue des prières du vendredi. Il avait raté sa cible et tué cinq autres personnes. Le kamikaze était mort dans l'explsion de sa bombe.

Les Etats de Yobe et de Borno sont contigus.

Mercredi, le groupe islamiste avait revendiqué les attentats-suicide perpétrés lundi contre deux postes de police de la ville de Sokoto, dans le nord-ouest du Nigeria et l'attaque de la maison du vice-président Namadi Sambo à Zaria (nord).

Les deux attentats-suicides à Sokoto, haut lieu de l'islam, avaient fait deux morts et 30 blessés, outre les deux kamikazes.

Un civil avait été tué dans l'attaque par des hommes armés, le même jour, de la demeure du vice-président Namadi Sambo à Zaria.

Depuis un assaut de l'armée contre Boko Haram à Maiduguri (nord), durant l'été 2009, qui avait fait 800 morts, le groupe a revendiqué des attentats ayant fait plus de 1.000 morts, essentiellement dans le nord du pays.

Le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique et premier producteur de brut du continent, est divisé entre un Nord majoritairement musulman et un Sud à dominante chrétienne.

abu-mjs/sd/sba

PLUS:afp