NOUVELLES

Émilie Heymans et Jennifer Abel auront fort à faire pour rejoindre les Chinoises

03/08/2012 11:49 EDT | Actualisé 03/10/2012 05:12 EDT

LONDRES - Si la tendance se maintient, il ne restera qu'une place sur le podium pour deux plongeuses canadiennes, dimanche, quand sera disputée la finale du 3 m féminin individuel des Jeux olympiques de Londres.

Les Chinoises Wu Minxia et He Zi ont survolé le tour préliminaire, disputé vendredi, et ainsi obtenu les deux meilleures récoltes de points avec 387,95 et 363,85, respectivement. L'Italienne Tania Cagnotto (349,80), la Canadienne Jennifer Abel (344,15), l'Australienne Sharleen Stratton (342,70) et la Canadienne Émilie Heymans (337,20) ont suivi dans l'ordre. Elles se sont toutes retrouvées aisément parmi les 18 plongeuses qui se sont qualifiées pour la demi-finale de samedi.

La médaille d'or olympique est revenue à une Chinoise dans chacun des six derniers JO. La Québécoise Sylvie Bernier est la dernière athlète n'étant pas originaire de ce pays à l'avoir emporté au 3 m féminin à des Jeux olympiques, soit en 1984 à Los Angeles.

Qui plus est, la Chine a réussi un doublé or-argent dans cette discipline à quatre reprises depuis 1988 à Séoul.

Les Chinoises seront difficiles à déloger, a reconnu Heymans après avoir très bien réussi ses cinq plongeons, qui avaient un coefficient de difficulté légèrement plus bas que ceux de Abel.

«Les Chinoises sont en avant, à moins qu'il se passe quelque chose et qu'elles fassent vraiment de grosses gaffes, a-t-elle déclaré. Les deux font vraiment preuve d'une bonne stabilité tout en maintenant une très bonne qualité de plongeon.»

«Ça va être difficile, mais en même temps le plongeon reste un sport où celles qui font le mieux une journée donnée sont celles qui ont le dessus, a quant à elle noté Abel, qui compte bien faire mieux que sa 13e place enregistrée aux JO de 2008 à Pékin, alors qu'elle n'avait que 16 ans. On ne sait jamais ce qui peut arriver. Le but premier ne sera pas d'essayer de battre quiconque, ce sera de s'efforcer d'avoir une bonne stabilité d'un plongeon à l'autre.»

Si les Chinoises monopolisent effectivement deux marches du podium, il ne restera qu'une place pour une pléiade de plongeuses. Ça risque de jouer du coude entre le Canada, l'Italie, l'Australie et les États-Unis. L'Américaine Christina Loukas a d'ailleurs fini huitième lors des préliminaires, vendredi, avec 330,45 points.

«On est une bonne gang qui va se livrer une dure bataille», a souligné Abel, qui s'est dite heureuse de sa prestation de vendredi, sa première en cinq mois en contexte de compétition au niveau individuel.

«Je pense que ce sera quand même assez ouvert en ce qui concerne la troisième place, et ça va se décider dans les deux dernières journées», a quant à elle noté Heymans, qui s'est dite satisfaite de la constance qu'elle a affichée, vendredi.

Le rang et les points récoltés lors du tour préliminaire importent peu puisqu'ils seront effacés en vue de la demi-finale de samedi. Ils ne serviront qu'à déterminer l'ordre dans lequel les athlètes plongeront à ce moment. Ce sera la même chose en demi-finale, alors que les 12 meilleures passeront en finale, dimanche.

Fait rare, la compétition se déroulera en l'espace de trois jours au lieu de deux.

«C'est long, a reconnu Heymans. On est toutes dans le même bateau, mais peut-être que c'est mieux pour moi parce que je suis plus vieille, alors ça me donnera plus de temps pour récupérer. Mais il faut faire avec de toute manière.»

Heymans et Abel ont décroché le bronze au 3 m synchro, dimanche dernier, à l'occasion de la deuxième journée des Jeux de Londres. Heymans est alors devenue la première plongeuse au monde à rafler une médaille dans quatre Jeux olympiques de suite. Abel a quant à elle mérité sa première médaille olympique à vie.

Les médaillés se retrouvent dans un tourbillon d'activités après un podium, mais Heymans et Abel ont tenté de garder leur concentration à travers tout ça étant donné que leurs Jeux ne sont pas terminés.

«C'est difficile quand tu as une autre compétition, parce que tu ne veux pas trop te laisser aller dans ce tourbillon-là. On est revenues à l'entraînement dès mardi, a indiqué Heymans. On était d'ailleurs très fatiguées, ç'a été ardu. Mais on ne peut pas trop s'écarter (de la routine habituelle).»

«On a travaillé fort pour l'avoir cette médaille-là, Émilie et moi sommes super-contentes, mais on a un autre objectif qui est l'individuel, a noté Abel. Après ça, on va prendre le temps de la savourer davantage.»

Abel a quand même apprécié le soutien que bien des gens lui ont démontré au cours des derniers jours.

«De voir que les gens sont avec moi, les membres de ma famille qui sont ici avec leurs drapeaux, mon père qui n'arrête pas de témoigner son affection... Rien que cette sensation-là, c'est vraiment agréable», a reconnu la Lavalloise de 20 ans.

PLUS:pc