NOUVELLES

L'épidémie d'Ébola est sous contrôle en Ouganda, assure l'OMS

03/08/2012 07:43 EDT | Actualisé 03/10/2012 05:12 EDT

KAMPALA, Ouganda - Les médecins ont été lents à réagir à l'épidémie d'Ébola en Ouganda parce que les symptômes n'étaient pas toujours typiques de cette fièvre hémorragique, mais un responsable de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a affirmé vendredi que les autorités contrôlaient désormais la propagation du virus mortel.

Joaquim Saweka, représentant de l'OMS en Ouganda, a déclaré lors d'une conférence de presse à Kampala que toutes les personnes ayant été en contact avec une victime de l'Ébola avaient été isolées. Les autorités ougandaises ont créé «une liste de contact avec l'Ébola», qui comprend les noms de toutes les personnes qui ont pu avoir un contact, même minime, avec les personnes infectées. La liste comprend 176 noms.

«La structure mise en place est plus qu'adéquate», a assuré M. Saweka. «Nous isolons les cas suspects ou confirmés.»

La présence du virus Ébola en Ouganda a été confirmée le 28 juillet, plusieurs jours après la mort de plusieurs villageois dans une région reculée de l'ouest de l'Ouganda. Les autorités ougandaises ont pris du temps à enquêter sur de possibles de cas d'Ébola parce que les victimes ne présentaient pas les symptômes habituels. Au moins 16 Ougandais ont succombé au virus en juillet.

La lenteur des autorités à confirmer la présence de l'Ébola a permis au virus de se répandre dans d'autres villages encore plus reculés du district de Kibaale, a affirmé le président ougandais, Yoweri Musevini.

«Les médecins de Kibaale affirment que les symptômes sont un peu atypiques», a dit le président lors d'une discours à la nation lundi. «Il ne s'agissait pas de symptômes évidents de l'Ébola. À cause de ce délai, le virus s'est répandu dans un autre village.»

M. Saweka a précisé que des organisations comme Médecins sans frontières et les Centres américains de prévention et de contrôle des maladies aidaient les autorités ougandaises à lutter contre la propagation du virus.

Il s'agit de la quatrième éclosion d'Ébola en Ouganda depuis 2000, quand la maladie avait fait 224 morts et traumatisé des milliers de personnes dans le nord de l'Ouganda.

Le virus Ébola est très contagieux et peut tuer rapidement. La maladie a été identifiée pour la première fois en 1976 au Zaïre (aujourd'hui la République démocratique du Congo) et porte le nom de la rivière où il a été trouvé.

Le virus se transmet par contact direct avec le sang, les sécrétions ou les organes des personnes contaminées.

Selon Médecins sans frontières, la première victime de la plus récente épidémie d'Ébola en Ouganda était une petite fille âgée de trois mois. Sur les 65 personnes qui ont assisté à ses funérailles, 15 ont été contaminées par le virus.

En Ouganda, les funérailles sont généralement de grandes cérémonies qui attirent des foules importantes. Les autorités assument désormais la responsabilité d'enterrer les corps des victimes du virus, a indiqué M. Saweka.

PLUS:pc