NOUVELLES

L'Ouganda nie tout soutien aux mutins en RDC

03/08/2012 07:34 EDT | Actualisé 03/10/2012 05:12 EDT

L'Ouganda a nié vendredi tout soutien aux mutins qui s'opposent aux forces gouvernementales congolaises en République démocratique du Congo (RDC), au lendemain d'un appel de l'ONU aux "pays extérieurs" à cesser toute aide à la rébellion du M23.

Dans une déclaration publiée jeudi, les membres du Conseil de sécurité ont réitéré "leur ferme condamnation de tout appui extérieur apporté au M23 notamment par d'autres pays," et demandé "à tous les pays de la région de coopérer activement avec les autorités congolaises pour le démantèlement et la démobilisation du M23".

"Ce sont des inventions, rien que des inventions, et je le répète, des inventions," a lancé Okello Oryem, ministre ougandais par intérim des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse, en référence à des accusations de soutien de Kampala au M23, lancées par des ONG congolaises.

"Ceux qui montrent du doigt le gouvernement de l'Ouganda sont malveillants,des saboteurs et ne veulent pas ce qu'il y a de mieux pour cette région," a-t-il poursuivi.

L'Ouganda accueille un sommet de dirigeants régionaux lundi et mardi pour tenter de mettre un terme à l'instabilité dans l'est de la RDC. Les mutins congolais ont récemment pris une série de localités, dont certaines à la frontière avec l'Ouganda.

L'ONU soutient que les rebelles du M23, qui se sont mutinés en avril, sont menés par Bosco Ntaganda, recherché pour crimes de guerre par la Cour pénale internationale (CPI). La mutinerie approche désormais de Goma, capitale de la province congolaise du Nord-Kivu, une région frontalière de l'Ouganda et du Rwanda.

Un rapport de l'ONU a directement accusé le Rwanda de soutenir la rébellion, des accusations relayées par le président congolais Joseph Kabila mais vertement démenties par le régime du président rwandais Paul Kagame.

"Il y a des contacts continus entre les présidents Kabila et Kagame à l'approche de la réunion (le sommet de lundi et mardi), ce qui est très utile," a encore assuré M. Oryem.

del/hv/pjm/aud/ayv/ej

PLUS:afp