NOUVELLES

Les Canadiens sixièmes en deux de pointe; les Néo-Zélandais toujours en tête

03/08/2012 07:24 EDT | Actualisé 03/10/2012 05:12 EDT

WINDSOR, Royaume-Uni - Les Canadiens Dave Calder et Scott Frandsen ont terminé sixièmes au deux de pointe en aviron, dans une épreuve qui a été largement dominée par les Néo-Zélandais.

Hamish Bond et Eric Murray, qui ont établi un record mondial dès leur première vague, ont remporté l'or pour la Nouvelle-Zélande en six minutes et 16,65 secondes.

La France (6:21,11) a obtenu l'argent après avoir connu un départ canon, et la Grande-Bretagne (6:21,77) a mérité le bronze. Les Canadiens ont été relégués loin derrière avec un chrono de 6:30,49.

Frandsen a déclaré qu'il considérait que la course s'était bien déroulée.

«C'est difficile d'obtenir la perfection, a-t-il dit. Je sentais qu'on était sur une bonne lancée. Nous avons atteint un très bon rythme de 39 coups de pagaie à la minute, peut-être 40. Nous sentions que nous étions efficaces. Ça n'a juste pas fonctionné.»

Les Français ont explosé au départ, mais les Néo-Zélandais les ont rattrapés à 750 mètres. Ils menaient par 5,2 secondes après 1500 mètres et n'ont plus jamais regardé derrière par la suite, conservant leur fiche immaculée en carrière.

Calder, de Victoria, et Frandsen, de Kelowna, en C.-B., ont annoncé leur retraite après avoir gagné l'argent aux Jeux de Pékin en 2008. Ils ont toutefois effectué un retour après avoir réalisé que leur esprit compétitif était toujours aussi présent.

«Je crois que ce qui rend l'expérience encore plus frustrante aujourd'hui c'est que nous avons suivi notre plan de match à la lettre, a admis Frandsen. Nous respections nos directives, avions un bon rythme et connaissions une bonne course. Et quand est venu le temps de pousser pour atteindre le fil d'arrivée, le rythme que nous estimions être le bon pour obtenir un bon résultat n'était simplement pas suffisant.

«Je crois que nous avons respecté notre plan de match, que nous avons bien fait. Ce n'était tout simplement pas suffisant.»

De puissantes bourrasques de vent ont forcé les organisateurs à déplacer les couloirs pour la finale, qui s'est déroulée sous une alternance de soleil et de nuages ainsi que des averses sporadiques à Eton Dorney.

Les mieux classés en demi-finales ont été placés dans les couloirs 5 et 6, où ils étaient plus protégés du vent. Ça signifie que Calder et Frandsen ont été déplacés du couloir 6 au 2.

«C'était la bonne décision à prendre, a reconnu Calder. C'est malheureux que nous n'ayions pu capitaliser en demi-finales de façon à être avantagés en finale. Ce que je veux dire, c'est que c'est de notre faute si nous avons terminé troisièmes en demi-finales. En conséquence, dans un sport disputé en plein air, il est normal que le comité de compétition prenne cette décision et que nous écopions d'un couloir moins avantageux.»

Le duo n'a donc jamais été de taille durant la finale aux Jeux de Londres, terminant loin derrière les groupes de tête, en dernière position.

Bond et Murray, qui ont opté pour le deux de pointe après avoir terminé en septième place du quatre de pointe aux Jeux de Pékin, n'ont pas perdu en 14 finales de la Coupe du monde et du Championnat de monde.

PLUS:pc