NOUVELLES

La communauté gaie du Népal sort du placard et revendique des droits

03/08/2012 06:54 EDT | Actualisé 03/10/2012 05:12 EDT

POKHARA, Népal - Des gais, des lesbiennes, des transgenres et leurs partisans ont manifesté vendredi au Népal pour réclamer la reconnaissance d'un troisième sexe dans les certificats de citoyenneté, le droit au mariage entre personnes de même sexe et la criminalisation des discriminations fondées sur l'orientation sexuelle.

Vêtus de tenues colorées, de perruques, de perles et de bijoux, les manifestants ont dansé au son d'une musique indienne en suivant un parcours d'environ trois kilomètres à Pokhara, une ville touristique située à 200 kilomètres à l'ouest de la capitale, Katmandou.

Sunil Babu Pant, de l'organisation Blue Diamond Society, qui soutient les minorités sexuelles au Népal, a expliqué que le défilé était une occasion de «sortir du placard».

«Le rassemblement nous a donné la possibilité de rallier le soutien du public et d'être plus visibles dans la société. Il y a de plus en plus de gens qui sortent du placard et ce défilé leur donne la chance de le faire», a-t-il affirmé.

M. Pant, un ancien membre du Parlement, est le premier politicien népalais ouvertement gai. Il fait campagne pour que les droits des minorités sexuelles soient inscrits dans la Constitution.

La Cour suprême du Népal a estimé en 2008 que le gouvernement devrait permettre l'inscription d'un troisième sexe sur les certificats de citoyenneté. Le gouvernement a affirmé qu'il le ferait, mais le processus n'a pas encore abouti.

Selon M. Pant, ceux qui attendent leur certificat de citoyenneté comportant la mention du troisième sexe ne peuvent pas obtenir un passeport, un emploi, s'inscrire à l'université ou acheter une maison à cause du délai. Il reproche au gouvernement de ne pas en faire assez pour aider la communauté.

Basu Guragai, âgé de 26 ans, est sorti du placard récemment et a participé au défilé pour la première fois. Selon lui, des milliers d'homosexuels népalais ont peur d'afficher leur orientation sexuelle devant leur famille et leurs amis.

«La communauté gaie du Népal veut le mariage des couples de même sexe. Nous voulons vivre comme un couple avec un autre homme et nous voulons que ce soit permis par la loi», a-t-il dit.

Alors que les quelque 2500 participants du défilé marchaient dans les rues de Pokhara, des citoyens se sont rassemblés le long des rues en applaudissant. Il n'y a pas eu d'incident.

Sunita Gurung, employée dans une petite épicerie, a affirmé avoir assisté au défilé pour la première fois. Elle a assuré n'avoir aucun problème avec les revendications des manifestants.

«C'est leur choix personnel et s'ils veulent avoir ce genre de vie, ils devraient pouvoir», a-t-elle affirmé.

Le Népal est considéré comme un pays conservateur. La majorité de la population pratique l'hindouisme et les mariages sont généralement arrangés par les parents. Les familles élargies vivent ensemble dans la même maison.

Les minorités sexuelles népalaises ont commencé à revendiquer des droits après l'abolition de la monarchie et la mise sur pied d'une Assemblée constituante, en 2008. La nomination de M. Pant au sein de l'assemblée a été considérée comme un point tournant pour la communauté.

PLUS:pc