NOUVELLES

JO-2012 - L'objet du jour: le volant du badminton

03/08/2012 09:47 EDT | Actualisé 03/10/2012 05:12 EDT

Cinq grammes de plumes, propulsées à plus de 400 km/h pour les meilleurs: le volant du badminton est une merveille technique faite à la main, pour une durée de vie limitée à quelques minutes au maximum dans des compétitions comme les jeux Olympiques.

La matière première est simple: des plumes d'oies, exclusivement prélevées sur les ailes gauches de ces volatiles! Une tradition venue de la calligraphie: les tiges de ces plumes, courbées vers la droite, étaient plus faciles à utiliser pour les calligraphes, droitiers pour la plupart. Une explication qui vaut également pour les producteurs de ces volants...

Intérêt également de ne prendre que des plumes gauches: le sens de rotation des volants est toujours le même.

Produits exclusivement à la main, le plus souvent en Asie, et notamment en Indonésie, une des patries du badminton, les volants de compétition passent par une chaîne de production extrêmement précise: époussetées manuellement, les plumes sont ensuite ébouillantées, puis triées, le moindre défaut valant élimination.

Chaque plume est ensuite retaillée dans un moule, pour ne garder qu'une petite plume de 62 à 70 mm de long maximum. L'élément essentiel du volant, qui doit en compter 16, plantées dans une espèce de bouchon arrondi en liège recouvert de cuir.

Une fois ces plumes assemblées, la jupe du volant est constituée. Elle doit encore subir une phase d'empennage, pour rigidifier les plumes entre elles, puis d'encollage. Et enfin ce sont les tests de +vol+, manuel d'abord. Le volant qui ne retombe pas verticalement part en réparation. Les autres passent dans la salle de jeu.

Propulsés par un lanceur automatique, les volants doivent franchir le filet et atterrir dans une zone précise du terrain. En cas de succès, c'est la mise sur le commerce. Sinon c'est une nouvelle élimination, et un retour à l'atelier.

En match, le volant en plumes d'oies est un objet à la durée de vie très courte. Jeudi, lors du quart de finale de Lin Dan, alias "Maître Lin", le champion olympique en titre, pas moins de 43 volants ont ainsi été mis au rebut, en l'espace de 75 minutes...

ol/jmt

PLUS:afp