NOUVELLES

JO-2012 - Ici Londres, la gazette des JO

03/08/2012 01:42 EDT | Actualisé 03/10/2012 05:12 EDT

IRRUPTION. Le sacre olympique de Julius Brink et Jonas Reckermann en beach-volley a déclenché une vague d'enthousiasme en Allemagne où ce sport est très pratiqué en tant que loisir sur des plages pourtant réputées froides. "Le miracle du sable", s'enthousiasmait ainsi le quotidien le plus lu d'Allemagne, Bild. "La Mer du Nord bat Copacabana sur la plage de Downing Street", se délectait l'hebdomadaire Die Zeit dans son édition en ligne. Environ 8,04 millions de personnes ont suivi jeudi soir la finale retransmise par la télévision publique ZDF à partir de 22 heures, soit 33,5% des parts de marché. Selon Holger Brusch, responsable marketing de la Fédération allemande de volley-ball, le beach-volley est l'un des sports les plus pratiqués par les Allemands pendant leurs vacances. A Berlin, sur l'ancien emplacement du Mur séparant la RDA de la RFA, se trouve la plus grande surface sablonneuse d'Europe avec 49 terrains de beach-volley ouverts de mai à septembre.

IMMUNISÉ. Selon les chercheurs de l'université de Manchester, les JO de Londres sont les moins pollués de l'histoire grâce à la... pluie. L'air était beaucoup moins pollué en raison de la fréquence des épisodes pluvieux sur Londres durant la première semaine de la quinzaine olympique.

IMMORTALISÉ. Robyn Glynn avait une raison bien particulière pour assister aux JO de Londres. Cette Australienne devait honorer une promesse faite à son père, George Avery, qui fut médaillé d'argent en triple-saut lors des Jeux de 1948 organisés déjà dans la capitale britannique. "On avait décidé de venir avec mon père à Londres, mais malheureusement il est mort avant", a-t-elle expliqué à une radio australienne. "On a fait le voyage avec ma soeur, nos maris, nos petits-enfants et les cendres de mon père", a poursuivi Mme Glynn. Ils ont tous assisté à la finale du triple saut jeudi, avant de disperser les cendres sur le sautoir de triple-saut. "Ce n'était pas prévu, mais on s'est dit +Papa est là+, laissons le ici", a-t-elle expliqué, assurant s'être avancé au plus près de la piste et que les cendres de son père avaient atteint le sautoir grâce à une brise favorable...

ISBA. L'équipe suisse de VTT, favorite dimanche de la course de cross-country, a opté pour une maison située tout près du parcours de Hadleigh Farm, à une cinquantaine de kilomètres de Londres, plutôt que pour le Village olympique. Depuis lundi, Nino Schurter, Florian Vogel et Ralph Näf n'ont que quelques minutes de marche à faire pour se retrouver sur le parcours olympique. Les Français ont fait le même choix. Les filles (Julie Bresset, Pauline Ferrand-Prévot) et Julien Absalon ont quitté le Village jeudi, Jean-Christophe Péraud et Stéphane Tempier vendredi.

INTÉRESSANT. Les joueurs de l'équipe de Corée du Sud seront particulièrement motivés pour remporter le match pour la 3e place du tournoi de football messieurs samedi: en cas de victoire contre le Japon, ils seront dégagés de leurs obligations militaires qui peuvent durer jusqu'à 27 mois... "C'est vrai, a assuré leur sélectionneur Hong Myung-bo, en cas de victoire, ils ne feront pas le service militaire qui est normalement obligatoire pour tous les Sud-Coréens".

IDOLE. Retour triomphal à Nicosie pour le Chypriote Pavlos Kontides, médaillé d'argent en voile. Plusieurs centaines de Chypriotes l'attendaient à l'aéroport de Larnaca, puis il a été reçu dans sa ville natal de Limassol avec tous les honneurs, avant de se voir attribuer l'Ordre du mérite chypriote par le président. Kontides a terminé à la 2e place des épreuves de Laser messieurs, offrant à Chypre la première médaille olympique de son histoire.

IDEAL. Jacques Rogge ne cache pas sa surprise devant le succès populaire des JO-2012 alors que les épreuves ont été suivies jusque là par quelque 6,9 millions de spectateurs. "Je ne m'attendais pas à un tel enthousiasme. C'était extraordinaire de voir les collines entourant la baie de Weymouth couvertes de monde" pour les épreuves de voile, a souligné le président du Comité olympique internationale.

INQUIÉTUDES. A trois jours de la clôture des jeux Olympiques, l'Autriche craint le "zéro pointé" ce qui serait une première depuis près d'un demi-siècle. Six Autrichiens seront certes en lice jusqu'à dimanche en marathon, pentathlon moderne, VTT, et gymnastique rythmique, mais avec des chances infimes de médailles. Il faut remonter aux JO-1964 à Tokyo, le premier "zéro" du sport autrichien, pour trouver trace d'un résultat aussi mauvais, alors que l'objectif avait été fixé à 3 ou 4 médailles. "Notre dernière chance: un miracle", titre le quotidien Kurier. Face à cette Bérézina de la délégation forte de 70 sportifs, le ministre des Sports Norbert Darabos (social-démocrate) envisage de confier une mission pour les JO-2016 à Rio au président de la Fédération autrichienne de ski (ÖSV) Peter Schröcksnadel. "Il sait comment avoir du succès. Avec ses conseils et ses idées, nous gagnerons aussi à nouveau aux Jeux d'été", assure le ministre.

IDYLLIQUE. Usain Bolt, l'homme le plus rapide de la planète, est célibataire depuis quelques mois. A une journaliste qui lui demandait si pour devenir sa petite amie il fallait être une célébrité, un top modèle ou encore une sprinteuse, le roi de la piste a confié qu'il n'avait plus de type de filles bien particulier. "Elle n'a pas à être la fille la plus rapide au monde", a assuré le Jamaïcain de 25 ans, dans un sourire un peu gêné. "Si je peux trouver la bonne personne et tomber amoureux, c'est juste ça qui m'importe. Je me fiche de ce qu'elle fait". Et lorsqu'un autre journaliste russe avança que dans son pays, il y avait plein de belles filles, Bolt a opiné du chef: "Je sais, je sais..."

bur/jr/sg

PLUS:afp