NOUVELLES

Italie/Calcioscommesse: 3 ans et 6 mois de suspension requis contre Bonucci

03/08/2012 12:31 EDT | Actualisé 03/10/2012 05:12 EDT

Trois ans et six mois de suspension ont été requis vendredi à Rome contre le défenseur de la Juventus Turin Leonardo Bonucci, accusé de délit sportif, devant la commission disciplinaire statuant sur le scandale des matches truqués dit "Calcioscommesse", a indiqué l'agence Ansa.

Une suspension d'un an a également été requise contre son coéquipier Simone Pepe, pour non-dénonciation de délit, par le procureur fédéral de la commission disciplinaire, Stefano Palazzi.

Défenseur international de 25 ans, Leonardo Bonucci, qui a prolongé en avril son contrat à Turin jusqu'en 2017, a commencé sa carrière professionnelle à l'Inter Milan, avant d'être cédé en prêt à Trévise et Pise, et de rejoindre ensuite Bari, puis la Juventus. Il faisait partie de la sélection italienne finaliste de l'Euro-2012.

Bonucci est soupçonné d'avoir participé au trucage du match Udinese-Bari en mai 2010, tandis que Pepe, concernant ce même match, aurait omis de signaler ce délit aux autorités compétentes.

Le procureur a également proposé une pénalité de deux points et 50.000 euros d'amende pour l'équipe de Bologne, ainsi qu'une amende du même montant pour l'Udinese.

Jeudi, le procureur fédéral de la commission disciplinaire avait déjà requis un an et trois mois de suspension contre l'entraîneur de la Juventus Antonio Conte et son adjoint Angelo Alessio.

Conte et son adjoint sont accusés d'avoir omis de dénoncer aux autorités, lors de la saison 2010-2011, des matches truqués (Novare-Sienne et AlbinoLeffe-Sienne), alors que les deux hommes étaient à la tête du club de Sienne.

Le président de la Juve Andrea Agnelli avait réagi fermement en dénonçant "la Fédération italienne de football et son système judiciaire (qui) continuent à opérer hors de toute logique".

La Fédération italienne de football (FIGC) avait rejeté mercredi l'arrangement proposé par Antonio Conte de plaider coupable en échange d'une suspension de seulement trois mois.

La commission disciplinaire réunie à Rome examine les cas de 13 clubs et de 43 autres licenciés.

Le scandale du "Calcioscommesse" concerne des joueurs soupçonnés d'avoir été corrompus par des parieurs clandestins voulant gagner à coup sûr. Il a entraîné plusieurs enquêtes et des arrestations de joueurs, dont certains de premier plan, comme Stefano Mauri, le capitaine de la Lazio Rome.

Les vagues d'arrestations depuis un an donnent une image désastreuse du football italien, six ans après le "Calciopoli", scandale des matches arrangés qui avait privé la Juventus de deux titres.

glr/mle/es

PLUS:afp