NOUVELLES

Des milliers de réfugiés rassemblés dans un camp improvisé dans l'est du Congo

03/08/2012 05:51 EDT | Actualisé 03/10/2012 05:12 EDT

GOMA, République Démocratique Du Congo - Un premier cas de choléra a été signalé parmi les milliers de personnes rassemblées dans un camp de réfugiés improvisé dans l'est de la République démocratique du Congo, a rapporté Médecins sans frontières (MSF) vendredi.

Les réfugiés fuient les combats entre le nouveau groupe rebelle M23 et l'armée congolaise, appuyée par les casques bleus de l'ONU.

Le docteur Patrick Wieland, qui travaille avec MSF dans l'est du Congo, a indiqué que l'organisation avait installé une tente d'isolement à Kanyaruchinya, en périphérie de Goma, la capitale provinciale. De 10 000 à 20 000 personnes ont trouvé refuge dans une école, une église et sur les terrains de cette localité.

Le choléra est une maladie contagieuse qui se transmet principalement par l'eau contaminée. Le manque d'hygiène et la saleté favorisent sa propagation.

Le docteur Wieland a précisé que les organisations humanitaires distribuaient de l'eau dans le camp, mais que les réfugiés collectaient probablement l'eau avec des contenants contaminés. Il n'y a pas assez de latrines pour tout le monde, a-t-il souligné.

Les réfugiés de Kanyaruchinya sont principalement originaires de la ville de Rutshuru et de la localité voisine de Kiwanja, à environ 80 kilomètres au nord de Goma. La semaine dernière, des rebelles ont attaqué l'armée congolaise et les casques bleus de l'ONU dans leur base de Kiwanja, où se trouvaient environ 2000 réfugiés. Selon le docteur Wieland, les combats ont été particulièrement violents.

«Nous traitons des gens qui ont perdu un bras ou une jambe dans l'explosion de grenades et d'autres armes lourdes», a-t-il affirmé.

Pour la première fois, MSF a soigné plus de civils que de combattants dans la région, a-t-il précisé. Depuis le mois d'avril, MSF a traité plus de 500 personnes blessées dans le conflit.

L'armée congolaise contrôle seulement la ville de Goma et le village de Kibumba, à 10 kilomètres de Goma. Les rebelles contrôlent toutes les localités au nord de Goma et menacent d'attaquer la capitale provinciale.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a demandé jeudi aux rebelles du M23 de cesser leur avancée vers Goma. Le conseil s'est dit préoccupé par la dégradation de la situation humanitaire dans la région et par l'accroissement rapide du nombre de réfugiés.

Le Rwanda a été accusé de soutenir le M23 au Congo, ce que le gouvernement rwandais nie catégoriquement.

PLUS:pc