NOUVELLES

Wall Street ouvre en baisse, déçue par le président de la BCE

02/08/2012 10:11 EDT | Actualisé 02/10/2012 05:12 EDT

La Bourse de New York a ouvert en baisse jeudi dans le sillage des marchés européens, déçue par les conclusions du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) qui n'ont pas apporté les gages espérés: le Dow Jones perdait 0,69%, le Nasdaq 0,41%.

Vers 13H45 GMT, le Dow Jones Industrial Average reculait de 89,76 points à 12.881,30 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 12,05 points, à 2.908,16 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 abandonnait 0,71% (9,82 points) à 1.365,32 points.

Wall Street avait terminé en légère baisse mercredi, tentant de résister à l'absence d'annonce de nouvelle mesure de relance de l'économie par la Réserve fédérale américaine (Fed): le Dow Jones Industrial Average avait cédé 0,25%, à 12.976,130 points, et le Nasdaq à dominante technologique 0,66%, à 2.920,21 points.

"Le marché est déçu par ce que (le président de la BCE) Mario Draghi avait à dire", a résumé Peter Cardillo, chef économiste de Rockwell Global Capital.

Le président de la BCE a assuré jeudi que la banque se tenait prête à intervenir sur le marché de la dette, face aux taux d'emprunt "inacceptables" que doivent consentir certains pays de la zone euro et qui empêchent la bonne transmission de sa politique monétaire.

Cette intervention pourrait prendre la forme de mesures exceptionnelles, mais la BCE n'a pas donné de détails ni sur les outils ni sur le calendrier.

"Le fait qu'il reporte toute action immédiate inquiète un peu", a noté Peter Cardillo, alors que des propos volontaristes formulés la semaine dernière avaient nourri l'espoir d'une intervention conséquente de l'institution de Francfort.

"Ce n'est pas une déception majeure, mais une fois encore le marché attendait des mesures concrètes et a seulement eu une feuille de route!", a résumé M. Cardillo.

Il n'y a pas matière à paniquer, a abondé Dick Green, du site d'analyse financière Briefing.com, rappelant que les bourses avaient continué à progresser au cours des deux derniers mois, en dépit d'une actualité morose. Les conditions structurelles "ont toujours un impact mineur (sur les Bourses) si on compare l'effet produit par la seule pensée que les banques centrales vont agir quand nécessaire, et que cela sera efficace", a-t-il noté.

Le marché obligataire évoluait en hausse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans reculait à 1,488% contre 1,539% mercredi et celui à 30 ans à 2,565% contre 2,614%.

sab/sl/mdm

PLUS:afp