NOUVELLES

Une autre agente de la GRC dit avoir été victime de harcèlement au travail

02/08/2012 06:13 EDT | Actualisé 02/10/2012 05:12 EDT

VANCOUVER - Une autre ancienne agente de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) allègue avoir été harcelée sexuellement au travail dans le cadre d'un recours collectif intenté contre la police fédérale. La première audience de l'affaire a eu lieu jeudi.

Valerie MacLean affirme qu'un collègue haut gradé a passé des mois à tenter de la convaincre de développer une amitié et d'entamer une relation avec lui puisque cela serait avantageux pour sa carrière.

Mme MacLean est l'une des 200 femmes qui se sont manifestées dans le cadre du recours collectif, et elle dit espérer que les tribunaux donneront enfin une chance d'être entendues aux femmes ayant vécu des expériences similaires.

Le recours collectif, qui doit encore être officialisé, est structuré autour d'une plaignante affirmant avoir été l'objet de harcèlement et d'agressions verbales de la part des agents masculins pendant ses 19 ans de carrière au sein de la GRC à Nanaimo, en Colombie-Britannique.

Les allégations de harcèlement généralisé sont tout d'abord apparues en novembre dernier lorsque la caporale Catherine Galliford a parlé publiquement de cas de harcèlement qui, dit-elle, l'ont menée vers l'alcoolisme et le syndrome de stress post-traumatique.

L'an dernier, le nouveau commissaire de la GRC Bob Paulson s'est engagé à gérer les plaintes à caractère sexuel au sein de la police fédérale, tandis que le plus haut gradé de la GRC en Colombie-Britannique dit avoir interrogé des centaines d'agentes à propos de leurs expériences de travail.

PLUS:pc