NOUVELLES

Un rapport invite à aller de l'avant avec une stratégie énergétique canadienne

02/08/2012 05:01 EDT | Actualisé 02/10/2012 05:12 EDT

CALGARY - Un rapport de l'Institut canadien de politique énergétique (ICPE) recommande de se mettre immédiatement à l'ouvrage pour établir une stratégie énergétique nationale, avec ou sans l'appui initial de la Colombie-Britannique.

Lors d'une conférence de presse, jeudi à Calgary, le président de l'ICPE, Doug Black, a dit comprendre que cette province de l'Ouest canadien était très importante, mais que les travaux devaient se poursuivre. Au dire de l'ICPE, des ministres fédéraux et provinciaux, épaulés par des leaders des Premières Nations et d'ONG, devraient se mettre immédiatement au travail.

«Le temps pour les discussions est terminé. Nous devons continuer à nous ajuster, nous devons continuer à travailler en groupes, nous devons continuer à réfléchir mais c'est désormais le temps d'agir», a soutenu M. Black.

La première ministre britanno-colombienne Christy Clark a refusé la semaine dernière de se joindre à ses homologues provinciaux en vue de mettre sur pied une «stratégie nationale sur l'énergie», insistant sur le fait qu'un différend à propos de l'oléoduc Northern Gateway devait être résolu avant qu'elle puisse aller de l'avant.

Mme Clark a prévenu qu'elle n'appuierait aucune entente avant que des discussions n'aient lieu avec Ottawa et l'Alberta sur la compensation à verser à la Colombie-Britannique pour permettre au projet de 6 milliards $ de transporter du pétrole brut des sables bitumineux albertains jusqu'à la côte ouest du pays, avant d'être chargé sur des pétroliers à destination de l'Asie.

M. Black est toutefois persuadé que le rapport-cadre de l'ICPE, tournant autour de cinq points et envoyé à tous les leaders provinciaux, territoriaux et fédéral, devrait être mis en oeuvre immédiatement.

Le rapport en appelle entre autres à la diversification au-delà du pétrole et du gaz, ainsi qu'à la multiplication des marchés autres que les États-Unis.

«Le Canada exporte d'énormes quantité d'énergie vers les États-Unis qui pourraient valoir plus outre-mer, ce qui pousse certains à vouloir accroître les exportations vers l'Europe et l'Asie (...) L'ICPE croit à la nécessité de développer des infrastructures appropriées pour rejoindre les marchés mondiaux les plus appropriés», souligne une note d'information.

Le document invite par ailleurs à repenser les systèmes de gestion du carbone. «L'ICPE [recommande] qu'un comité conjoint regroupant tous les ministres de l'Énergie et de l'Environnement entreprenne un examen des solutions pour gérer le carbone et formule par la suite une recommandation aux gouvernements», plaide l'Institut.

Celui-ci souligne également que «le Canada doit repousser les limites et trouver de nouvelles façons de faire avancer l'industrie de l'énergie, en améliorant aussi bien sa performance économique qu'environnementale», en appelant à davantage d'investissements dans l'innovation, autant dans le secteur public que privé.

PLUS:pc